Il y a quelques jours, Amélie Mauresmo était l’invitée de Marc-Olivier Fogiel sur Europe 1.

Après avoir rappelé qu’elle n’avait pas l’intention de marcher sur les traces de Justine Hénin, qui avait pris sa retraite avant de revenir au tennis (« tout le monde à le droit de se tromper »), l’ancienne championne, désormais codirectrice de l’Open GDF-Suez, dont la prochaine édition se tiendra à Paris à partir du 7 février (lire Amélie Mauresmo, Roger Federer, les deux Stades, Les Experts: cé ki ka la fève?), parle de sa volonté d’apporter de nouvelles idées à ce tournoi, de ses envies, de son avenir, de l’éventualité d’un capitanat d’équipe de France, notamment de Fed Cup, mais aussi de son passé, de sa famille, des choix qu’elle a fait dans sa vie, et des raisons pour lesquelles elle vit en Suisse:

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur La deuxième carrière d’Amélie Mauresmo

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg!