La vitrine du Centre LGBT de Nantes a de nouveau été vandalisée, dans la nuit du 7 au 8 janvier. Cet acte de vandalisme n’est que le dernier d’une longue série. Le précédent ne remonte en effet qu’à trois semaines (Lire Nantes: La vitrine du Centre lesbien, gay, bi et trans’ une nouvelle fois détruite.

Pour l’association il s’agit sans aucun doute d' »un acte d’homophobie caractérisé, puisqu’aucune autre vitrine avoisinante n’a été endommagée. »

Le maire de Nantes, Jean-Marc Ayrault (PS) est venu apporter son soutien.

Le Centre recherche donc un nouveau local, comme sa présidente Maéla Guénego l’écrit dans un communiqué: « Désireux de continuer ses actions de visibilité, de lutte contre l’ignorance et les préjugés et de respect de tous, le Centre LGBT de Nantes presse ses partenaires institutionnels à trouver une issue rapide dans la recherche d’un local adapté, visible et sécurisé dans le centre de Nantes. »

[Gallery not found]