Honoré, gay camerounais dont l’expulsion a été programmée trois fois, passe demain, vendredi 7 janvier à 13h, devant le tribunal de grande instance de Bobigny (à 5mn du métro Bobigny, ligne 5) pour refus d’embarquer. Il risque la détention, voire l’expulsion. L’Ardhis, qui assiste Honoré dans ses démarches, appelle toutes celles et tous ceux qui le peuvent à venir montrer leur soutien à Honoré lors de l’audience.

À chaque tentative d’expulsion, ce Camerounais de 38 ans s’est débattu de toutes ses forces, tant il craint d’être renvoyé dans son pays d’origine. Les témoignages d’homos camerounais, les arrestations, tout mène à penser que cette résistance n’est pas un simple caprice.

« 200 PERSONNES SONT INTERPELLÉES CHAQUE ANNÉE »
Cette nouvelle audience intervient alors que l’Union européenne a accepté de financer le « Projet d’assistance et d’encadrement aux minorités sexuelles » (Paemh), lancé au Cameroun par Sidado, Cofenho, le Collectif des familles d’enfants homosexuels, et Adefho, l’Association de défense des homosexuels, dirigée par maître Alice Nkom, à hauteur de 300000 euros. « Le Paemh vise à réduire de 50% le taux d’interpellation pour faits d’homosexualité », explique un article publié par le quotidien camerounais Le Jour, qui cite Stéphane Koche, membre d’Adefho et coordonateur du projet: « au Cameroun, 200 personnes sont interpellées chaque année et gardées à vue arbitrairement ». Deuxième objectif du Paemh, « mobiliser la société camerounaise autour de la question des minorités sexuelles ». Comme souvent, les commentaires laissés sous l’article sont révélateurs et montrent la nécessité d’une telle action.

« Ce financement de l’Union européenne ne va-t-il pas conforter ceux qui soutiennent que votre dynamique vient de l’extérieur? », demande le journaliste Stéphane Tchakam, qui est aussi chargé de communication Pan Africa Ilga, à Stéphane Koche, dans un entretien publié sur le site de l’International Gay and Lesbian Association (Ilga). « Quand nous avons commencé ce combat, l’Union européenne n’était pas là, rappelle Stéphane Koche. Nous avons mené ce combat parce que des Camerounais souffrent de cette exclusion dans leur pays. »

« Et puis, il ne faut pas s’y tromper, insiste-il. La question de l’homosexualité n’est facile pour aucune société, fut-elle occidentale ou africaine. (…) Il s’agit pour nous d’apporter des arguments scientifiques et même religieux comme le fait Mgr Desmond Tutu pour dire aux gens que ce n’est pas parce que quelqu’un est différent qu’il devrait avoir moins de droits qu’un autre. »

La pétition de soutien à Honoré.
Tous les articles de Yagg sur Honoré.
Le groupe Urgence, expulsion d’homos sur la communauté Yagg.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg!