C’est toujours la même histoire. Qu’est-ce que l’on écrit sur la carte, le SMS, le tweet, le statut, le message vocal? Des vœux de prospérité, santé, bonheurs, joies (et un peu de pognon). Voici ceux de Terrains de jeux pour 2011.

Teddy Riner seul au monde. Il est passé à côté pour si peu lors des championnats du monde 2010 au Japon. Teddy Riner devrait avoir l’occasion de devenir le seul judoka de l’histoire à être cinq fois champion du monde lors des mondiaux qui auront lieu à Paris en août. À Tokyo, en septembre, alors qu’il avait gagné un quatrième titre dans la catégorie des plus de 100 kilos, ce record lui avait échappé sur décision arbitrale au terme de la finale des toutes catégories. Après une grosse colère, des larmes, le Français est revenu à une attitude plus zen, il a donc donné rendez-vous. Un objectif pour un jeune homme qui n’aura que 22 ans cet été.

Le retour des «sisters». L’une soigne un genou, l’autre un pied. Venus et Serena ont manqué au tennis féminin une bonne partie de 2010 et la cadette ne sera pas encore de la partie en Australie (17-30 janvier). Elle annonce un retour au printemps. Réapparitions espérées avec une certaine impatience. Ces deux-là pimentent le tennis de leur jeu jusqu’au-boutiste et de leurs vies amusées de fashionistas-sisters-tweeteuses. Il est encore temps. Venus a 30 ans, Serena les fêtera en septembre et malgré leur absence, elles sont respectivement cinquième et quatrième au classement mondial.

Leur vie est-elle déjà ailleurs? Vers leurs lignes de vêtements? Pas si sûr. Serena annonce que le tennis lui manque et s’entraîne, comme le montre cette photo publiée sur son site.

Ses retours ont le plus souvent été réussis. Venus, elle, a déclaré: «Nous n’avons pas besoin que les gens soient désolés pour nous. Je travaille actuellement pour guérir correctement».

En attendant, leurs consœurs adressent leurs vœux sur le site de la WTA:

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Happy Holidays – WTA Stars

Et oui, les sœurs manquent aussi pour la touche fashion.

Les Françaises au top. Peu de drama, du sport, du 26 juin au 17 juillet, pour la Coupe du monde de football féminin avec l’équipe de France qualifiée haut la main pour la compétition. Les Bleues évolueront dans la même poule de qualification que l’Allemagne, pays organisateur. Sonia Bompastor, Sandrine Soubeyrand, Elodie Gomis, toutes les autres, on leur souhaite d’aller loin. Pour elles, pour la reconnaissance de leur sport en leur pays peu curieux, et pour le football, tout simplement.

Nadal, Federer et tous leurs amis. Numéro un mondial, Rafael Nadal a du pain sur la planche cette année pour confirmer sa suprématie et mieux encore: victorieux des trois derniers tournois du grand chelem (Roland Garros, Wimbledon, US Open 2010), il peut donc réaliser le «petit chelem» s’il remporte les Internationaux d’Australie. Sûr que cela ne lui fait pas peur. Et cette année encore, duel annoncé entre l’Espagnol et l’ancien numéro un mondial Roger Federer (ci-dessus en photo le 22 décembre à Disneyland Paris après un match caritatif remporté par Rafa). Mais aussi les autres, comme Andy Murray et Novak Djokovic, sans nul doute encore porté par la première victoire de son pays, la Serbie, en Coupe Davis en septembre.

Caster Semenya, le retour. Championne du monde du 800 mètres à Berlin en 2009, suspectée d’être un homme puis d’être hermaphrodite, interdite de courir en 2009 et, après une enquête de la fédération internationale, réintégrée dans l’athlétisme mondial en juillet 2010, Caster Semenya avait terminé l’année blessée au dos lors des Jeux du Commonwealth. Retour sur la double boucle en février, un an et demi avant les Jeux olympiques de Londres 2012. Bon courage.

Et encore des vœux de Terrains de Jeux. On arrête avec les relents homophobes, sexistes. Et si c’était maintenant, dès ce matin, 1er janvier 2011? On évite « tarlouze », « gonzesses », « fillettes », « pédé ». La langue française est suffisamment riche pour signaler qu’on a joué comme des truffes et je connais plein de gonzesses, fillettes ou pédés qui excellent en sport. On peut aussi essayer de reconnaître la supériorité de l’adversaire d’un jour. « Oh hisse enculé? » On peut tenter « Oh hisse la saucisse », c’est aussi ridicule et tellement moins bête.

Et encore, pour que l’ignorance recule? Que Matthew Mitcham et Gareth Thomas se sentent un peu moins seuls dans leur lutte contre l’homophobie, que des portes de placards s’ouvrent.

Ok, il y a du boulot, mais on peut toujours rêver, nous ne sommes qu’au début de l’année. Toute vierge, un livre blanc. Allez, un peu d’espoir et de courage. On fera le point dans 365 jours. Bonne année à tous. Et la santé.

Photos DR/Erik van Leeuwen/Mickael Denet/Disneyland Paris

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg!