Société, Sport | 18.10.2010 - 17 h 47 | 0 COMMENTAIRES
  • Bernard Girault
  • charte contre l'homophobie
  • FC Sochaux-Montbéliard
  • halde
  • Jeannette Bougrab
  • Marvin Martin
  • paris foot gay
  • Pascal Brèthes
  • US Laon
  • Yoann Lemaire

Homophobie dans le foot: Il reste encore du boulot!

Publié par
Marvin Martin présente ses excuses au Paris Foot Gay, le FC Sochaux refuse de signer la Charte contre l'homophobie (comme plein d'autres clubs), le président d'un club de l'Aisne dérape franchement et Jeannette Bougrab se mobilise.

On n'en a pas fini avec l'homophobie dans le foot. Rebondissements de ces derniers jours: Marvin Martin présente ses excuses au Paris Foot Gay, le FC Sochaux refuse de signer la Charte contre l'homophobie (comme plein d'autres clubs), le président d'un club de l'Ain dérape franchement et Jeannette Bougrab se mobilise.

LES EXCUSES DE MARVIN MARTIN
Souvenez-vous, la semaine dernière, le FC Sochaux-Montbéliard publiait sur son site une interview dite "décalée" d'un joueur de l'équipe, Marvin Martin, dans laquelle ce dernier disait qu'il n’accepterait jamais de jouer au Paris Foot Gay et qu'il ne supporterait pas de porter un maillot de couleur rose, parce que "le rose, c’est naze". Depuis, le Paris Foot Gay a publié un communiqué de presse et dès le lendemain le joueur appelait lui-même le président du club, Pascal Brèthes, pour présenter ses excuses.

"Ces derniers jours, j'ai également reçu quelques messages, cinq ou six, de supporters de Sochaux, mais rien d'haineux ou d'insultant, juste des message pour dire que j'exagérais, qu'il s'agissait de liberté d'expression… Et c'est là qu'ils se trompent, ce n'est pas une question de liberté d'expression, explique Pascal Brèthes. D'ailleurs si le joueur m'a appelé, ce n'est pas pour rien. Cela ne signifie pas non plus que ce joueur est homophobe, mais que les clichés continuent à être véhiculés dans ce sport, que ce sont des stéréotypes extrêmement persistants. Au final, on véhicule toujours la même image aux supporters. Mais bon il a présenté des excuses, il a expliqué qu'il pensait que les hétéros ne pouvaient pas jouer dans ce club, qu'il ne savait pas ce qu'était en réalité que le Paris Foot Gay".

"LE PRÉSIDENT DU CLUB DE SOCHAUX A REFUSÉ DE SIGNER LA CHARTE CONTRE L'HOMOPHOBIE"
"Après les excuses de Marvin Martin, poursuit Pascal Brèthes, j'ai appelé le président du FC Sochaux-Montbéliard, pour lui proposer de signer la Charte contre l'homophobie. Ce qu'il a totalement refusé. Ses raisons n'étaient pas claires. Il a dit qu'il s'agit d'un club de foot et qu'il ne souhaite pas s'engager".

"Malheureusement, ça n'a rien de surprenant, ce ne sont pas les seuls. Plusieurs clubs se sont par exemple engagés dans un premier temps à le faire, mais n'ont finalement jamais signé. C'est le cas de Monaco, de l'OM, de Toulouse aussi, qui nous avait même reçus mais n'est finalement pas allé au bout de la démarche. C'est compliqué de savoir pourquoi ils ne veulent pas la signer. Peut-être la pression des supporters, je ne sais pas…".

7 CLUBS SUR 40 ONT SIGNÉ LA CHARTE: "TOUT CELA EN DIT LONG SUR LE CHEMIN QU'IL RESTE À PARCOURIR…"
"L'an dernier, nous avons eux une bonne surprise avec la signature de la Charte par Montpellier, continue le président du Paris Foot Gay. C'était un peu inattendu et ça a fait du bien. Et Le Havre l'a signée dernièrement. Une autre bonne surprise. En tout, six clubs de Ligue 1 l'ont signée et un club de Ligue 2 [soit 7 clubs sur 40, ndlr]. On est loin du compte. Et à ce rythme-là, deux signatures par an, dans 10 ans on n'aura pas beaucoup avancé."

"Pourtant cela n'oblige à rien, ce n'est pas contraignant. La Charte une fois signée, le problème n'est pas résolu pour autant, mais c'est une étape, un signe, un message. Je m'interroge vraiment: où est le problème à signer une Charte? La plupart ont bien signé la liste de la Licra contre le racisme. Lille et Toulouse ont par exemple prétexté qu'ils n'avaient pas le temps. On ne leur demande pourtant pas des trucs incroyables. PSG, Auxerre, Montpellier ont fait des actions mais pas des choses lourdes à organiser: une photo de l'équipe devant une banderole contre l'homophobie avant un match ou la diffusion d'un clip sur les écrans pendant un match. Bref, rien de très contraignant. Mais tout cela en dit long sur le chemin qu'il reste à parcourir…" conclut Pascal Brethes.

"SI UN HOMOSEXUEL SE DÉCLARE ET QU'IL EN PÂTIT, JE DIRAI QU'IL NE L'A PAS VOLÉ"
Mais il y a plus grave encore dans l'actualité footballistique: l'homophobie totalement assumée de Bernard Girault, ex-président de l'US Laon, un club de football dans l'Aisne. Le quotidien régional L'Union (Champagne Ardenne Picardie) s'interrogeait le mois dernier sur l'affaire du footballeur Yoann Lemaire dans un article intitulé "Des homos dans le sport/Attention sujet sensible", en faisant réagir plusieurs responsables de clubs de sport sur ce thème. Et Bernard Girault, qui a quitté ses fonctions de président depuis, de déclarer: "Le foot et l'homosexualité, c'est vraiment deux mondes opposés. L'esprit foot est loin de ces questions-là. Si un homosexuel se déclare dans le club, qu'il crée du trouble et qu'il en pâtit, je dirai qu'il ne l'a pas volé. Et s'il n'ennuie personne, l'homosexualité c'est son problème, pas celui du club. En tout cas, je pense que c'est triste. L'homosexualité, ça me choque encore et ça me choquera toujours".

JEANNETTE BOUGRAB: "J'ESPÈRE QUE YOANN LEMAIRE VA SAISIR LA HALDE"
Par ailleurs, Jeannette Bougrab, présidente de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde), en visite samedi dans les Ardennes pour inaugurer une nouvelle antenne de cette institution, a profité de ce déplacement pour rappeler l'importance de la lutte contre les discriminations et pour revenir sur la situation de Yoann Lemaire: "Ce sujet de la lutte contre les discriminations liées à l'orientation sexuelle est pour nous évidement essentiel. On ne fait pas suffisamment de prévention. J'espère que ce joueur de football va nous saisir pour qu'on puisse instruire un dossier.(…) Et s'il y a sanction, il y aura poursuite devant les tribunaux. Car s'il y a discrimination, on ne peut pas laisser de telles discriminations impunies, ça participe de l'exemplarité".

Voir aussi: Jeannette Bougrab, présidente de la Halde: « Je ne suis pas vraiment là pour plaire à tout le monde »

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg!

Cet article vous a intéressé-e? Partagez-le grâce aux boutons ci-dessous.

Print This Post
 
LES réactions (0)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.