C’est la traduction en néerlandais d’un livre d’entretiens paru en français en 2006, Monseigneur Léonard – conversations, qui fait remonter à la surface des propos particulièrement choquants tenus par Mgr Léonard, le primat de Belgique.

DES PROPOS ASSUMÉS QUATRE ANS PLUS TARD
À la question posée par le journaliste Louis Mathoux, « Précisément, que pensez-vous du Sida? Y voyez-vous une « punition de Dieu » suite à la libération sexuelle? », Mgr Léonard répond: « On a posé à Jean-Paul II un jour cette question-là: « Est-ce que le sida est une punition de Dieu? ». Il a répondu avec beaucoup de sagesse: « Il est très difficile de connaître les intentions de Dieu ». Pour ma part, je ne raisonnerais pas du tout en ces termes. Tout au plus je verrais cette épidémie une sorte de justice immanente, pas du tout une punition, un peu comme, sur le plan écologique, quand on malmène l’environnement, il finit par nous malmener à son tour. Et quand on malmène l’amour humain, peut-être finit-il par se venger, sans qu’il faille y faire intervenir une cause transcendante. Peut-être s’agit-il d’une justice immanente, mais quant aux causes immédiates, ce sont les médecins qui seront aptes à dire où cette maladie est née, comment elle s’est transmise au début, quelles ont été les voies de sa propagation… Si vous souhaitez une considération plus générale, je la verrais plutôt dans l’ordre d’une certaine justice immanente. Malmener la nature physique amène celle-ci à nous malmener, et malmener la nature profonde de l’amour humain finit toujours par engendrer des catastrophes à tous niveaux ».

On aurait pu penser que le chef de l’Église catholique belge profiterait de la traduction, quatre ans après la première publication, pour mettre à jour sa position sur certains sujets. Qu’il ait choisi de ne pas le faire – malgré les mises en garde de son porte-parole – montre qu’il assume toujours ses propos, tenus alors qu’il n’était pas encore archevêque de Malines-Bruxelles.

CONDAMNATION UNANIME
Du Soir à La Libre Belgique en passant par la Dernière Heure, les journaux belges francophones sont unanimes pour condamner les déclarations de Mgr Léonard. « Même s’il refuse obstinément de faire des compromis avec sa conscience – ce qui l’honore –, Mgr Léonard ne peut oublier que ces propos peuvent faire de terribles ravages, écrit ainsi l’éditorialiste de La Libre Belgique. Les prescrits catholiques méritent le respect, mais ils ne peuvent ignorer l’évolution du monde.  »

Les réactions politiques se multiplient: « doctrine d’un autre temps », « propos nauséabonds », « une culpabilisation totalement insensée des personnes atteinte du HIV/sida » en sont quelques exemples.

UNE PLAINTE AUPRÈS DU CECLR
De son côté, l’avocat Jean-Marie de Meester a déposé une plainte auprès du Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme (CECLR): « La liberté d’expression est une valeur importante de notre société mais, d’un autre côté, ce n’est pas la première fois que Mgr Léonard tient de tels propos, explique Jean-Marie de Meester. Les déclarations répétées de l’archevêque à l’encontre des homosexuels peuvent inciter les gens à aller contre leur propre sexualité. Pour affirmer cela, je me base sur le nombre croissant de suicides chez les jeunes homosexuels en comparaison avec les jeunes hétérosexuels. »

Jean-Marie de Meester avait déjà saisi le CECLR lors d’une précédente déclaration de Mgr Léonard comparant l’homosexualité et l’anorexie. Cette plainte avait été classée sans suite.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg!