À quoi joue Barack Obama? C’est la question qui se pose quasiment systématiquement en ce moment lorsque l’on parle de la politique Don’t ask, Don’t tell (DADT, ne pas demander, ne pas dire), qui interdit aux militaires homos de faire leur coming-out.

Alors que le ministère de la Justice américain a, sans surprise (lire États-Unis: Une juge fédérale interdit l’application de Don’t ask, Don’t tell), demandé la suspension, jusqu’à l’appel, de la décision de la juge fédérale exigeant l’arrêt de l’application de cette politique jugée contraire à la Constitution, le président des États-Unis a envoyé sur Twitter hier soir le message suivant: « Quiconque veut servir dans les forces armées et faire des sacrifices pour nous devrait y être autorisé. DADT prendra fin, pendant que je suis aux commandes », un message également affirmé oralement lors d’une rencontre avec des jeunes organisée (et retransmise) par MTV (vidéo ci-dessous). « Les choses doivent se faire dans un certain ordre, parce que nous sommes en guerre actuellement, a ajouté Barack Obama. Je ne peux pas ignorer les lois existantes. Je dois travailler pour faire en sorte qu’elles changent. »

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Obama on Don’t Ask Don’t Tell

« Le ministère de la Justice a pour habitude de défendre les lois fédérales tant que des arguments raisonnables peuvent être présentés pour montrer leur constitutionnalité, a indiqué le ministère de la Justice, même si l’administration est en désaccord avec une loi en particulier, comme c’est le cas ici. » La décision de l’administration Obama de faire appel a évidemment déçu les associations LGBT. Déçu, mais pas surpris.

Comme l’expliquait Rachel Maddow la veille dans son émission (vidéo ci-dessous), cet appel n’était pas inévitable, le gouvernement avait la possibilité, selon la jurisprudence, de ne pas défendre coûte que coûte une loi qu’il considère contraire à la Constitution, et aurait très bien pu travailler avec la cour sur un calendrier lui permettant d’abroger la loi à son rythme: « Un plan qui n’a aucune chance de se réaliser n’est pas un plan, quel que soit le nombre de fois où vous le répétez. Vous pouvez soit y mettre fin, soit arrêter de dire que vous allez le faire. »

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Rachel Maddow – Serving In Secret Under DADT – Pt. 3/3

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg!