C’est le 21 octobre prochain, à 11h, que la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) rendra sa décision dans l’affaire qui oppose le militant LGBT Nikolai Alekseev à la Russie sur l’interdiction de la gay pride à Moscou en 2006, 2007 et 2008.

Nikolai Alekseev a fondé sa plainte sur les articles 11 (liberté de réunion et d’association) et 13 (droit à un recours effectif) de la Convention de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales, ainsi que sur l’article 14, qui interdit les discriminations.

S’il est fort probable que la Cour donne raison à Nikolai Alekseev, le suspense tient surtout dans la portée de la décision qui va être rendue, comme l’explique le militant: « La décision nous est acquise, mais ce qui compte pour nous c’est de savoir si la Cour va forcer la Russie à changer sa loi sur les manifestation publiques, plus que de reconnaître que nos droits ont été bafoués, car dans ce cas, cela voudra dire que notre combat pourra servir à tous et pas seulement aux LGBT ».

« C’est à peine croyable, s’enthousiasme-t-il. On attend que ce droit, qui, presque partout en Europe, est une évidence, nous soit enfin reconnu depuis cinq ans. Et, là, dans neuf jours, nous aurons enfin gagné une étape judiciaire majeure. Pour la première fois, l’homophobie de l’État russe va être condamnée par une instance internationale, en l’occurrence la Cour européenne. Finalement, trois ans de procédure, on ne s’en sort pas trop mal. Il faut dire qu’on n’a rien lâché. Maintenant, ce sera très dur pour les autorités russes et les tribunaux de nous interdire de nous exprimer. Mais ce sera aussi très difficile aux diplomaties étrangères de refuser de nous soutenir verbalement à Moscou quand ils le font dans d’autres capitales d’Europe de l’Est. »

Le blog de Nikolai Alekseev sur Yagg: Paris-Moscou

Photo Arrestation de Nikolai Alekseev à la gay pride de Moscou en 2006 (© Nikolai Alekseev)

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg!

Cet article vous a intéressé-e? Partagez-le grâce aux boutons ci-dessous.