Quelle semaine! Après une série d’annulations de ses concerts suite à la mobilisation de plusieurs associations LGBT, Sexion d’Assaut semble reprendre la main et opérer un changement de discours à 180°. Hier pointé du doigt pour des propos et des paroles de chansons homophobes, le groupe de rap exprime désormais « le désir d’œuvrer de manière constructive contre l’homophobie, et contre toutes les autres formes de discriminations », affirme un communiqué de presse commun de Sony Music France, la maison de disques du collectif, du Comité Idaho (organisateur de la Journée mondiale contre l’homophobie) et du Cran (Conseil représentatif des associations noires de France).

Jeudi 7 octobre, une rencontre était organisée entre Sexion d’Assaut, Sony Music France, le Comité Idaho et le Cran, avec la volonté de « sortir de la polémique ».

« NOUER UN DIALOGUE »
À cette occasion, Sexion d’Assaut a réitéré ses excuses concernant les propos homophobes tenus lors de l’interview au magazine International hip-hop, mais cette fois-ci, en allant un peu plus loin: « Nous reconnaissons aussi que certains textes, que nous avons chantés autrefois, contiennent des propos qui génèrent de manière compréhensible une émotion très vive. Ces textes ont été écrits lorsque nous étions adolescents, mais cela ne justifie rien. Quoi qu’il en soit, à tous ceux que nous avons pu blesser, ou même décevoir, nous tenons à dire, vraiment, que ces propos ne sont pas conformes à ce que le groupe est aujourd’hui. La musique ne saurait être utilisée pour diffuser des messages de haine. Nous souhaitons que la crise que nous traversons soit l’occasion, pour nous et pour tous, de poser notre regard sur ce que nous ne voulions pas voir, d’écouter celles et ceux que nous ne voulions pas entendre et de nouer avec eux un dialogue jusqu’alors inexistant. »

DU CONCRET
Le Comité Idaho et le Cran veulent croire en la sincérité des propos du groupe (« Nous souhaitons saisir une opportunité rare de faire progresser cette juste cause auprès d’un public jeune et parfois mal informé, en travaillant non pas contre les artistes, mais avec eux »), mais restent vigilants et réclament du concret.

PROMESSES
D’où la série d’engagements suivants pris par le groupe Sexion d’Assaut: « ne pas chanter les titres incriminés sur scène et ne pas tenir de propos discriminants auprès de son public et enregistrer chaque concert afin de permettre aux tiers de vérifier que cette condition soit remplie; rencontrer sur chacune de ses dates les associations LGBT et celles militant contre les discriminations en général et leur offrir des places de concert pour qu’elles se rendent compte par elles-mêmes de l’engagement du groupe; faire distribuer à chaque spectateur un tract, signé du groupe, prônant des valeurs citoyennes de lutte contre l’homophobie et des discriminations en général; travailler sur un titre spécifique, ou un événement artistique, clarifiant cette position, pour les mois qui viennent ».

VIGILANCE
Dans un communiqué, SOS homophobie « salue les annonces de Sexion d’Assaut, et veillera à ce qu’elles soient tenues, sans quoi les déclarations apparaîtront clairement opportunistes » et souhaite que le groupe aille encore plus loin dans ses engagements: « en diffusant également sur son site internet le texte écrit par le groupe distribué lors des concerts; en reversant une partie des bénéfices engrangés par la tournée dans une campagne de prévention dans les collèges et lycées de France; en disant si, oui ou non, le groupe représentera la France aux MTV Europe Music Awards ».

Et de conclure en espérant que « cette affaire servira d’avertissement à tous les artistes qui voudraient construire leur carrière, leur gloire et leur fortune en piétinant les homos ».

CHARTE ÉTHIQUE
Avant la rencontre, la Fédération LGBT et le Collectif contre l’homophobie (CCH) publiaient un communiqué commun proposant « à Sexion d’Assaut et à Sony la signature d’une charte nationale de lutte contre les discriminations dans les textes de chanson ». Le  communiqué post-rencontre de Sony Music France, du Comité Idaho et du Cran indique que « Sony Music France travaille depuis plusieurs mois à une charte éthique concernant ses publications et qu’elle sera prête d’ici la fin du mois de novembre ».

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg!

Cet article vous a intéressé-e? Partagez-le grâce aux boutons ci-dessous.