Du ministère de la Santé et des Sports à l’Hôtel de Ville de Paris, la cohorte de médaillé-e-s des Gay Games de Cologne n’a rien perdu de sa présence bon enfant. Dans les yeux des athlètes parisien-ne-s invité-e-s hier en fin d’après-midi à la Mairie de Paris, toujours ces petites étincelles dans les yeux, joie et fierté d’avoir participé, d’arborer les médailles.

En l’absence de Bertrand Delanoë, en visite officielle au Portugal, c’est Jean Vuillermoz (à gauche sur la photo ci-dessus), l’adjoint chargé du Sport, qui a accueilli les athlètes. « Nous serons toujours à vos côtés pour lutter contre l’homophobie comme nous le faisons contre le sexisme et le racisme, a-t-il lancé. L’engagement de la Ville de Paris ne fait pas question.»

Comment? Jean Vuillermoz a annoncé souhaiter approfondir « la relation partenariale avec la FSGL et les clubs affiliés », devançant ainsi Bruno Aussenac (à droite sur la photo ci-dessus), le président de la Fédération sportive gaie et lesbienne (FSGL), qui a déclaré que les relations entre la Ville de Paris et la FSGL « sont à améliorer ». Le partenariat pourrait, notamment, porter autour de l’éducation: « À la FSGL de nous faire des propositions ».

Gay Games Hotel de ville Paris Emy Ritt

Emy Ritt

Tout en regrettant l’absence de Bertrand Delanoë, Bruno Aussenac a souligné que cette réception à l’Hôtel de Ville était une première depuis 24 ans. « Les athlètes ont été reçu-e-s au ministère, à la Mairie de Paris, a noté Emy Ritt, co-présidente de la fédération internationale des Gay Games. En cela, je pense que la France est un vrai modèle pour les autres pays ».

Plus de photos en page suivante