Elzbieta Radziszewska, la plénipotentiaire du gouvernement polonais pour l’Égalité de traitement, n’est pas vraiment favorable à l’égalité. Pas pour les LGBT en tout cas. Après avoir affirmé à l’hebdomadaire catholique Gosc Niedzielny qu’en vertu de la Directive 2000/78/EC, un établissement scolaire catholique pouvait licencier un-e prof en raison de son homosexualité, elle a été invitée par la chaîne de télévision TVN24 pour en débattre avec Krzysztof Smiszek, avocat et vice-président d’une association qui réclame une lois contre les discriminations (vidéos en fin d’article).

Pour appuyer son argument selon lequel il faut traiter chaque cas individuellement, elle a pris l’exemple de son contradicteur, rapporte le Warsaw Business Journal: « Si, par exemple, M. Smiszek, dont nous savons qu’il est membre de la communauté homosexuelle et milite pour la Campagne Contre l’Homophobie [KPH, principale association LGBT polonaise, ndlr] et que l’identité de son partenaire n’est pas un secret… ». Le tout sous les yeux médusés de Krzysztof Smiszek, qui ne s’attendait visiblement pas être outé en direct à la télévision.

« HOMOPHOBIE PURE »
Les présentateurs de l’émission lui ont alors demandé si, en tant que plénipotentiaire du gouvernement pour l’Égalité de traitement, elle ne devrait pas se trouver de l’autre côté de la barrière, ce à quoi elle a répondu que c’était exactement où elle se trouvait. Depuis elle a expliqué qu’elle ne voulait outer personne et qu’elle pensait que l’homosexualité de Krzysztof Smiszek était de notoriété publique…

Mais pour Krzysztof Smiszek, il n’y a aucun doute: « C’est de l’homophobie pure, a-t-il déclaré au quotidien Gazeta Wyborcza. Dans aucun autre pays européen une telle personne serait encore à son poste. Je ne cache pas mon orientation sexuelle, mais c’est ma vie privée. Mes droits personnels ont été violés. »

PROTESTATIONS, MANIFESTATIONS ET CLARIFICATION
Les déclarations d’Elzbieta Radziszewska dans Gosc Niedzielny et sur TVN24 ont provoqué de nombreuses protestations de militants et de l’Alliance de la gauche démocratique (SLD, dans l’opposition), des manifestations ont été organisées devant le palais présidentiel et l’Assemblée nationale, exigeant la démission de la ministre. « Le profil de poste de Mme Radziszewska implique qu’elle lutte contre la discrimination, et ce n’est pas ce qu’elle est en train de faire, a commenté Grzegorz Napieralski, le chef de la SLD. Elle doit partir. Maintenant! ».

Ce week-end, à l’appel de KPH, une parade arc-en-ciel d’environ 300 personnes a défilé dans les rues de Wroclaw, réclamant l’adoption d’une loi sur l’union des couples de même sexe et la démission d’Elzbieta Radziszewska.

Des eurodéputé-e-s, membres de l’Intergroupe sur les droits LGBT du Parlement européen, ont par ailleurs demandé à la Commission européenne de clarifier en urgence son interprétation de la Directive 2000/78/EC et de la jurisprudence relative aux écoles religieuses qui prennent en compte le genre et l’orientation sexuelle des professeurs. Ils ont également demandé à la Commission si selon elle il incombe à la plénipotentiaire du gouvernement pour l’Égalité de traitement de lutter contre les discriminations envers les personnes LGBT. « Une réponse formelle est attendue dans les trois semaines », précisent-ils.

http://www.youtube.com/watch?v=MCfByYfYkSk

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur ‪Homofobia Elżbiety Radziszewskiej w ‘Dzień Dobry TVN’ (całość – cz. 1)‬

http://www.youtube.com/watch?v=QYPBlX5mFcg

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur ‪Homofobia Elżbiety Radziszewskiej w ‘Dzień Dobry TVN’ (całość – cz. 2)

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg!

Cet article vous a intéressé-e? Partagez-le grâce aux boutons ci-dessous.