Nous vous l’annoncions hier, Honoré, un Camerounais homosexuel de 38 ans, qui devait être expulsé dimanche dernier mais qui avait été reconduit au centre de rétention du Mesnil-Amelot après s’être débattu pour ne pas monter dans l’avion, a vu son départ reprogrammé pour aujourd’hui. Les dernières informations que nous avons nous indiquent qu’il devrait être expulsé sur un vol Air France à 13h50.

La situation complexe et inquiétante d’Honoré a suscité une importante mobilisation des associations, notamment de l’Ardhis et du Comité Idaho. À quelques heures de la probable expulsion de ce demandeur d’asile homosexuel et menacé vers son pays d’origine, la préfecture de Seine et Marne, chargée de cette expulsion, n’a pas souhaité répondre aux questions de Yagg sur cette affaire. Elle refuse également tout dialogue avec l’Ardhis et le Comité Idaho, nous a indiqué Louis-Georges Tin.

UNE « VÉRITABLE CACOPHONIE ENTRE LES MINISTÈRES »
Au ministère de l’Immigration, Nicolas Boudot, conseiller chargé de la communication au cabinet du ministre, nous a simplement répondu en nous rappelant le déroulement chronologique de l’affaire: la date d’entrée en France d’Honoré, son interpellation, l’arrêté préfectoral de reconduite à la frontière, la prolongation de la rétention accordée par un juge aux libertés et à la détention, le recours auprès du tribunal administratif, le rejet de sa demande d’asile… concluant que « la procédure d’expulsion concernant Honoré a été parfaitement respectée ». Il n’a pas souhaité confirmer qu’Honoré sera bien expulsé aujourd’hui à 13h50. Et n’a pas non plus souhaité répondre aux questions concernant les préoccupations des associations, la particularité du cas d’Honoré et la mobilisation autour de cette affaire, notamment la mobilisation du ministère des Affaires étrangères.

En effet, du coté du ministère du Quai d’Orsay, le son de cloche n’est pas le même. Le bureau de M. Zimeray, ambassadeur pour les Droits de l’Homme, nous a informé que « beaucoup de gens se sont mobilisé ces derniers jours au ministère des Affaires étrangères sur cette affaire. Il y a eu une très forte mobilisation des associations dont nous tenons compte, naturellement », précisant que le Quai d’Orsay était intervenu sur ce dossier auprès du ministère de l’Immigration.

Louis-Georges Tin, président du Comité Idaho, confirme cette « véritable cacophonie entre les ministères »: « Il y a une grosse contradiction entre la main gauche et la main droite, voire d’extrême droite, de ce gouvernement. D’un coté, le ministère des Affaires étrangères lutte contre la pénalisation de l’homosexualité et contre l’homophobie dans certains pays, et d’un autre côté, le ministère de l’Immigration renvoie des hommes du territoire français vers des pays où l’on sait qu’ils seront menacés voire punis pour leur sexualité ».

Honoré devrait donc être expulsé dans quelques minutes. Espérons que la mobilisation générale porte ces fruits d’ici là, pour que la préfecture de Seine et Marne et le ministère de l’Immigration reconsidèrent cette affaire et suspendent l’éloignement d’Honoré, afin qu’il puisse exercer sereinement son droit à recours devant la Cour nationale du droit d’asile (CNDA).

[mise à jour, 14h50] Honoré s’est à nouveau débattu et n’a donc pas été expulsé aujourd’hui, vient d’annoncer Louis-Georges Tin à Yagg. Une nouvelle expulsion sera probablement programmée prochainement. Pour l’instant la mobilisation se poursuit, en signant la pétition en ligne et en envoyant des fax et/ou des courriels au préfet de Seine et Marne. Toutes les informations et le modèle de lettre sont sur le groupe Urgence, expulsion d’homos sur la communauté (si vous n’êtes pas encore membre, cela ne prend que quelques clics pour s’inscrire).

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!