Le magazine américain The Advocate consacre la une du numéro d’octobre 2010 à la nouvelle coqueluche d’Hollywood, James Franco. L’acteur sera prochainement à l’affiche de Howl, un film de Rob Epstein et Jeffrey Friedman, dans lequel il joue le rôle d’Allen Ginsberg, le poète homo de la Beat generation. Le film retrace la période à laquelle la censure s’est abattue sur lui en 1957 au moment de la publication de Howl, son long poème sulfureux. On ne connait toujours pas la date de sortie du film en France, mais nous vous proposions au mois de juillet la bande-annonce du film.

Pour la promotion du film, James Franco a ainsi accepté de faire la couverture du célèbre magazine LGBT et de se livrer dans une longue interview au journaliste Benoit Denizet-Lewis, qui s’interroge tout au long de cette rencontre sur l’habitude qu’a pris l’acteur d’incarner des personnages homos.

James Franco, hétéro en couple avec l’actrice Ahna O’Reilly, est en effet depuis plusieurs années enclin à travailler sur le thème de l’homosexualité. Il a notamment réalisé deux court-métrages dans le cadre de ses études à NYU qui ne sont autres que deux adaptations de poèmes gays: The Feast of Stephen d’Anthony Hecht et Herbert White de Frank Bidart; il a également joué dans le film indépendant Blind Spot le rôle d’un jeune nageur homo de 17 ans qui sort avec un homme plus âgé, et le rôle de l’amant d’Harvey Milk dans le film du même nom; il a récemment embrassé langoureusement Will Forte dans l’émission de télé Saturday Night Live, a suivi des cours de queer studies à l’université et a créé des performances artistiques sur le thème du genre et de la confusion sexuelle. Et le voici désormais endossant le rôle du poète gay et icône suprême Allen Ginsberg.

Il n’en fallait pas plus pour que le journaliste l’interroge sur l’intérêt si particulier qu’il porte à ces questions LGBT et sur ce qui l’attire vers ces rôles gays. Et l’acteur de répondre: « Dans l’histoire du cinéma, il y a tellement d’histoires d’amours hétérosexuelles, ça a été déjà tellement martelé, tellement fait. Ça ne me semble plus très intéressant. Ce qui me semble plus intéressant, c’est de jouer des rôles et des types de relations qui n’ont pas été filmés aussi souvent ». James Franco ajoute se sentir particulièrement à l’aise et inspiré par ces rôles de personnages gays: « il y a quelque chose en moi qui me permet de jouer ce genre de rôle et d’être convainquant ».

Quant au rôle si particulier d’Allen Ginsberg, si le scénariste et les producteurs ont hésité au début à le lui confier, le trouvant trop beau et trop sexy, ils ont rapidement changé d’avis en entendant James Franco lire les premières lignes du célèbre poème. « James est probablement plus proche de Ginsberg que n’importe quel autre personnage qu’il a eu à jouer », explique Vince Jolivette, l’un de ses plus proches amis et son partenaire de production, « ils sont tous les deux écrivains, poètes, et ils sont tous les deux fascinés par l’art ». James Franco confie en effet à The Advocate son admiration pour le poète et plus généralement sa fascination pour la Beat generation. Il raconte comment il a découvert le poème Howl à l’age de 15 ans, grâce à un ami, et la façon dont celui-ci l’a plus tard inspiré.

Retrouvez ci-dessous la vidéo de la séance photo de James Franco pour The Advocate:

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!