Après Palavas-les-flots, Paris. Le chanteur jamaïcain Sizzla devait se produire le 24 septembre à l’Elysée Montmartre, le concert a finalement été annulé.

« UN ÉCHEC POUR TOUS CEUX QUI INCITENT À LA HAINE »
« [Garance Productions], gérante de l’Elysée-Montmartre, précise cependant que cette décision est liée à un différend avec l’agence anglaise en charge de la tournée européenne, et non à la récente polémique autour des paroles homophobes », insiste dans un communiqué la société de production.

« Je me réjouis donc que ce concert soit déprogrammé, bien que Garance Productions mette cette déprogrammation sur le compte de problèmes d’organisation. C’est un échec pour tous ceux qui incitent à la haine », a réagi Ian Brossat, le président du Groupe communiste et élus du Parti de gauche au Conseil de Paris, qui s’était inquiété la semaine dernière de ce « qu’un espace culturel prestigieux comme l’Élysée Montmartre participe à la banalisation de la violence contre les homosexuels ». « La vigilance reste néanmoins de mise, poursuit-il. Le 26 septembre, l’Elysée Montmartre prévoit de programmer Vybz Kartel, un autre chanteur connu pour tenir des propos similaires. Je me battrai, aux côtés de l’association Tjenbé Rèd, en pointe sur ces questions, pour l’annulation de ce concert également. »

« IL N’Y A PAS DEUX DÉFINITIONS DES DROITS HUMAINS »
Même son de cloches du côté de Tjenbé Rèd, qui « prend acte de l’annulation du concert ». Mais lorsque Garance Productions « tient à souligner que Sizzla n’a jamais fait l’objet d’interdictions, de poursuites ou de condamnations en France pour des propos homophobes et que le chanteur jamaïcain n’a jamais tenu de tels propos sur une scène française depuis qu’il a signé le Reggae Compassionate Act, une charte de bonne conduite, en 2007 », l’association s’indigne: « La répétition d’un mensonge ne fait pas une vérité ».

« Nous n’avons aucune preuve formelle que Sizzla a signé le Reggae Compassionate Act (RCA) et Sizzla lui-même l’a nié, encore le 26 février 2010 au Sunday Mail, martèle David Auerbach Chiffrin, le président de l’association, qui rappelle que « le 13 juin 2007 à Berlin (Allemagne), le 17 ou le 18 juin 2007 à Paris (France), le 20 juin 2007 à Milan (Italie), le 22 juin 2007 à Bari-Modugno (Italie), le 30 juin 2007 à Zurich (Suisse) et le 3 juillet 2007 à Bordeaux (France), Sizzla a interprété son titre Nah Apologize (« Aucune excuse aux enculés »), qu’il qualifie lui-même « d’hymne ». Moins de deux mois après sa supposée signature du RCA, il a ainsi prouvé qu’il n’avait aucune intention de respecter cette signature. Lorsqu’il s’agissait de chanter le refrain, il tendait son micro vers la foule, évitant ironiquement d’énoncer lui-même le terme « battyman » (« enculé »), laissant la foule le chanter pour lui ».

Et de rappeler qu' »il n’y a pas deux définitions des droits humains (une pour les Français-es, une pour les autres) ».

Sizzla à Paris le 18 juin 2007:

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Sizzla – Paris Nah Apologize To No Battybwoy (Live by DYD)

Sizzla à Bordeaux le 3 juillet 2007:

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Sizzla bordeaux 3-07-07

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!