De RTL à Slate.fr, de L’Express à France Info, les médias français ont titré ce matin sur « la nouvelle vague » de contaminations chez les homosexuels en France et une épidémie « hors de contrôle » chez les gays.

Problème: les informations et les données statistiques utilisées par les journalistes datent… du mois de novembre 2009 et Yagg avait à l’époque consacré un article à cette étude de l’Institut de veille sanitaire (InVS) et de l’ANRS (La transmission du VIH ne diminue pas chez les homosexuels, selon l’étude d’incidence de l’InVS).

PUBLICATION DANS « THE LANCET »
Pourquoi des journalistes spécialisés, dont Jean-Yves Nau (trente ans de service au Monde, notamment sur les questions de santé), pour Slate, ont-ils décidé tout d’un coup que cette information méritait de faire les gros titres, le 9 septembre 2010? L’explication qui peut être donnée, c’est que les auteurs de l’étude, chercheurs à l’InVS, ont vu leur publication acceptée par The Lancet, une prestigieuse revue scientifique américaine. Il aura fallu presque onze mois et une traduction dans la langue de Shakespeare pour que ces chiffres particulièrement alarmants (mais malheureusement récurrents) sur l’état de l’épidémie chez les gays, arrivent aux oreilles de nos confrères.

Ce qui est très étonnant, c’est que les articles ne mentionnent à aucun moment que ces données avaient été rendues publiques par l’InVS quelques jours avant la Journée mondiale de lutte contre le sida de 2009. Mais en aucun cas, il ne s’agit d’une enquête nouvelle. Et, malheureusement, cela fait des années que l’InVS et les associations alertent sur la reprise alarmante des contaminations chez les gays.

Quant à l’expression utilisée (« hors de contrôle ») par les auteurs de l’étude pour caractériser la dynamique de l’épidémie chez les homos, il s’agit du recyclage d’un mot d’ordre d’Act Up-Paris… du 1er décembre 1994.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!