Alors que Yoann Lemaire vient de retrouver un nouveau club, l’US 2 Vireux, Paris Foot Gay annonce avoir saisi la commission de première instance du Conseil national de l’éthique de la Fédération française de football. « Le refus du FC Chooz de sanctionner les insultes à caractère homophobe, la décision de ne pas renouveler la licence de Yoann Lemaire suivis de l’incapacité de la Ligue Champagne-Ardenne à faire sanctionner le FC Chooz nous ont conduit à entreprendre cette démarche », explique, dans un communiqué, l’association, qui se prévaut du soutien de la Ligue de football professionnel « par la voix de Frédéric Thiriez son président ».

LE FC CHOOZ, PREMIER CLUB AMATEUR À SIGNER LA CHARTE CONTRE L’HOMOPHOBIE
Comme le rappelle l’avocate de l’association, Bénédicte Puybasset, dans sa requête au Conseil national de l’éthique, le FC Chooz a pourtant été « en septembre 2007 le premier (et le seul) club amateur à signer la Charte contre l’homophobie dans le football proposée par le Paris Foot Gay, s’engageant ainsi à « dénoncer et prendre les sanctions adéquates contre toute attitude homophobe, qu’elle se manifeste par un comportement discriminant, par des agressions verbales ou physiques, ou par des propos insultants en raison de l’orientation sexuelle réelle ou supposée ». Le FC Chooz devenait ainsi l’un des très rares clubs où un footballeur, en l’occurrence Monsieur Yoann Lemaire, pouvait jouer sans avoir à cacher son homosexualité. L’engagement courageux du FC Chooz a cependant été rapidement démenti par les faits. »

La saisine du Conseil de l’éthique s’appuie sur le paragraphe 3 du Règlement de l’institution, qui dispose « que ce Conseil exerce un pouvoir disciplinaire pour sanctionner les manquements à l’éthique commis en dehors du match par des licenciés ou des clubs à l’occasion de déclarations, d’attitudes ou de comportements publics de nature à nuire à l’image du football », indique l’avocate qui s’indigne que le FC Chooz et le président de la Ligue de Champagne-Ardenne soutiennent « qu’il n’y aurait pas « à ce jour dans les règlements de la Fédération de quoi sanctionner l’homophobie ».

« IL SUFFIT POURTANT DE LIRE LA CHARTE ÉTHIQUE DU FOOTBALL »
« Il suffit pourtant de lire la Charte éthique du football pour y voir qualifiés de comportements répréhensibles « toute agression verbale ou physique, sur quelque personne ou groupe de personnes que ce soit », ainsi que « toute provocation, toute incitation à la violence, sous quelque forme que ce soit », souligne-t-elle. La circonstance que la Charte éthique du football ne cite pas « expressis verbis », parmi les discriminations prohibées, la discrimination par rapport à l’orientation sexuelle, ne saurait bien évidemment justifier a contrario d’un « droit à l’homophobie » dans les clubs de football! Une telle position heurte le sens commun et méconnaît l’esprit et la lettre de la Charte éthique du football édictée par la FFF. »

Et de rappeler que le 16 novembre 2009, le Conseil national de l’éthique a sanctionné le président du club de Montpellier, Louis Nicollin, de quatre mois de suspension (dont deux avec sursis) pour avoir traité le joueur de l’AJ Auxerre Benoit Pedretti de « petite tarlouze » devant des caméras de télévision.

« Nous espérons vivement que [le Conseil national de l’éthique] donne une suite favorable à notre requête, insiste Paris Foot Gay, afin qu’en France, chacun puisse pratiquer le sport de son choix sans subir de discrimination. »

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!