Il n’y aura donc pas que Jo Calderone, mécano en noir et blanc, dans le fameux numéro surbuzzé (y compris sur Yagg) de Vogue Hommes Japan en vente le 10 septembre. Surprise surprise, il y a aussi Lady Gaga! Mais quelle joie!

Au menu, donc, un poster de la chanteuse recouverte de viande sanglante et un entretien réalisé par Jo-Ann Furniss (qui a aussi « interviewé » Jo Calderone, souvenez-vous), qui semble entièrement dévouée à la cause de la Gaga.

Lady Gaga Vogue Hommes Japan

On en a tellement lu que la tentation est grande de simplement survoler le texte, de rigoler de la photo et de passer à autre chose. Mais entre deux couches de compliments épais comme de la compote, quelques passages ressortent.

« The Fame, c’est une analyse, une analyse sociale, quelque chose que nous pouvons tous comprendre, quelque chose dont nous pouvons tous nous emparer, explique Lady Gaga. (…) Les vidéos et la mode dans les vidéos, c’est ce rêve de ce qu’on peut devenir simplement en décidant de le devenir. Comme la vidéo de Telephone, les canettes bigoudis dans mes cheveux, ma mère faisait ça quand elle ne retrouvait pas ses bigoudis. (…) D’un coup, ça devient un accessoire de mode, un accessoire qui ne coûte rien. (…) D’un coup vous êtes libéré parce que vous décidez de l’être, ça fait partie de qui vous êtes (…) ».

« Nicola [Formichetti] et moi plaisantons souvent autour de l’idée de faire ces t-shirts avec écrit « fuck fashion » parce que nous adorons la mode mais en même temps nous voulons l’exploser, la détruire et la recréer, puis la détruire à nouveau et la créer à nouveau parce que je veux qu’aucun statut ne soit attaché à la mode, raconte-t-elle aussi. Je veux qu’aucune prétention n’y soit attachée parce que je veux que ce soit quelque chose (…) que tout le monde puisse avoir. Beau, tangible et qui vienne de l’intérieur. »

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!