Paola Concia, une parlementaire italienne ouvertement lesbienne, prépare actuellement un kiss-in contre l’homophobie d’ampleur nationale en Italie pour le mois de septembre. C’est elle qui avait déjà organisé le 11 août dernier « Des Baisers contre l’Intolérance », un premier kiss-in dans la ville de Torre del Lago, en Toscane, où une centaine de personnes s’étaient retrouvées pour s’embrasser sur la plage.

« C’est notre réponse à cette campagne étrange contre les personnes gays et lesbiennes en Italie cet été. Dans plusieurs villes et villages, les autorités locales ou encore la police ont interdit aux gays et aux lesbiennes de s’embrasser dans la rue », explique t-elle à EUobserver. « Le problème de l’homophobie en Italie est alarmant. En septembre, je veux organiser cet événement dans toutes les villes du pays, du nord au sud ».

Pour Ricarda Trautmann, la compagne de Paola Concia: « Si le reste de l’Europe ne force pas l’Italie à changer, rien ne changera jamais ici ». Et c’est en effet l’autre sujet de cet article: une proposition de loi européenne sur des directives d’anti-discrimination est actuellement à l’étude.

« Aucun pays européen n’a de loi contre les marques d’affections publiques des homos, mais certaines autorités locales, en Italie par exemple, donnent des interprétations homophobes aux lois sur l’ordre public et la morale, pour viser directement les couples homos », explique Juris Lavrikovs, porte-parole d’Ilga-Europe, pour qui cette directive européenne semble indispensable.

Il semblerait cependant que cette proposition de loi, actuellement à l’étude au sein d’un groupe de travail, n’obtienne que peu de soutiens. Celle-ci devrait en effet également concerner les cas de discriminations à l’encontre des personnes handicapées, et c’est ce qui visiblement poserait problème. Certains pays s’opposeraient à cette proposition pour des raisons économiques. C’est notamment le cas de l’Allemagne qui dit s’inquiéter des répercussions économiques d’une telle directive sur les petites et moyennes entreprises (installation d’équipement pour personnes handicapées, avocats en cas de plaintes de groupes de pressions, etc.). Une proposition de loi qui pourrait bien rester ainsi en suspens pendant encore quelques années. À lire sur EUobserver.com [en].

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!