Après Jeff Koons en 2008, c’est Takashi Murakami qui fait frissonner le château de Versailles. À quelques jours de l’inauguration de l’exposition de l’artiste japonais, des voix ne cessent de s’élever: les appartements royaux sont-ils bien le lieu où exposer de tels artistes?

PLAINTES ET PÉTITIONS
L’objet du scandale? « Le petit bonhomme au sexe pointé dont le jet de sperme forme un lasso, la petite bonne femme aux gros seins dont le jet de lait forme une corde à sauter », décrit par Anne Brassié, Versaillaise, à l’origine d’une pétition intitulée « Versailles mon amour » et animatrice d’une émission sur Radio Courtoisie, citée par Le Figaro. D’autres pétitions existent, des plaintes d’actions en justice planent… On se croirait revenu à l’époque où la pyramide du Louvre faisait scandale.

gdg-murakami

« JE SUIS LE CHAT DU CHESHIRE »
À Yagg, on préfère les déclarations de l’artiste pop sur le site du château: « Pour un Japonais, y compris moi, le Château de Versailles est l’un des plus grands symboles de l’histoire occidentale. C’est l’emblème d’une ambition d’élégance, de sophistication et d’art dont la plupart d’entre nous ne pouvons que rêver. Bien sûr nous comprenons que l’étincelle qui a mis le feu aux poudres de la Révolution est directement partie du centre du bâtiment. Mais, sous de nombreux aspects, tout est transmis à travers un récit fantastique venant d’un royaume très lointain. Tout comme les Français peuvent avoir du mal à recréer dans leur esprit une image exacte de l’époque des Samouraïs, l’histoire de ce palais s’est étiolée pour nous dans la réalité. Donc, il est probable que le Versailles de mon imagination corresponde à une exagération et à une transformation de mon esprit jusqu’au point d’être devenu une sorte de monde irréel à part entière. C’est ce que j’ai essayé de saisir dans cette exposition. Je suis le chat du Cheshire qui accueille Alice au pays des merveilles avec son sourire diabolique, et bavarde pendant qu’elle se balade autour du Château. D’un sourire enjoué, je vous invite tous à découvrir le pays des merveilles de Versailles ».

murakami-versailles1

BRITNEY EN FAUSSE INGÉNUE
Pour patienter jusqu’à cette très prometteuse expo, on appréciera les photos de Britney Spears réalisées par Murakami (sous l’objectif de Todd Cole) pour l’édition automne-hiver 2010-2011 du magazine POP. Britney, invitée inattendue d’une publication qui a d’habitude plutôt tendance à mettre en avant des people bien plus proches du milieu de la mode. « En collaborant avec Spears, l’artiste précipite la consommation et le fétichisme dans une collision en Technicolor avec une parodie de jeune fille manga aux yeux de biche naïve », décrypte le blog Selected Scribblings. La chanteuse se montre en effet en fausse ingénue, pas complètement dupe des couleurs sucrées qui l’entourent. Subversif ou kawaii?

POP Britney Spears Murakami 1

POP Britney Spears Murakami 2

Murakami Versailles, du 14 septembre au 12 décembre.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!