Ken Mehlman, ancien bras droit et directeur de campagne de George W. Bush pour l’élection présidentielle de 2004, a fait son coming-out, le 25 août, sur le blog de l’influent journaliste américain Marc Ambinder. Ken Mehlman est désormais le républicain ouvertement gay qui a occupé le plus haut poste dans l’histoire.

« HEUREUX »
« Cela m’a pris 43 ans pour vivre sereinement avec cet aspect de ma personnalité », a-t-il déclaré. « Chacun trace sa route à sa façon et en ce qui me concerne, j’ai annoncé la nouvelle à ma famille, à mes amis, à mes anciens collègues ces derniers mois, et ils ont été merveilleux. Cette étape de ma vie a fait de moi quelqu’un d’heureux et une meilleure personne. C’est quelque chose que j’aurais aimé faire il y a plusieurs années ».

DÉFENSEUR DE L’ÉGALITÉ DES DROITS
Ken Mehlman explique en effet dans cette interview qu’il n’est arrivé à cette conclusion sur son orientation sexuelle que très récemment. Il dit avoir accepté de répondre à cet entretien parce qu’il souhaite désormais devenir un défenseur de l’égalité des droits, de l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, et qu’il a préféré anticiper ces questions qui se seraient de toute façon posées très prochainement, puisqu’il participera activement fin septembre à une levée de fonds pour l’American Foundation for Equal Rights (AFER), le groupe qui soutient l’abrogation de la Proposition 8 (l’amendement à la Constitution californienne qui interdit le mariage aux couples de même sexe).

POSITIONS ANTI-GAYS
Ce coming-out et ces déclarations sont une surprise de taille! Ken Mehlman a été, en effet, à la tête du comité national du parti républicain (RNC) de 2005 à 2007, « au moment-même où les positions anti-gays de la droite américaine se radicalisaient », écrit Marc Ambinder. Une période au cours de laquelle le parti républicain avait notamment distribué des tracts liant homosexualité et athéisme en Virginie Occidentale.

REGRETS
Le républicain reconnaît que s’il avait publiquement parlé de sa sexualité plus tôt, il aurait peut-être joué un rôle dans la position de son parti sur les question LGBT, en rejetant notamment l' »anti-gay agenda », ce qu’il a malgré tout tenté de faire en privé, explique-t-il. « C’est une question tout à fait légitime et je la comprends. Je ne pourrai plus rien changer au fait que je n’étais pas dans cette situation personnelle lorsque j’étais en politique, et je le regrette sincèrement. Ça a été très dur pour moi, sur un plan personnel ». À ceux qui doutent de sa sincérité, il ajoute: « S’ils ne me soutiennent pas, j’espère au moins qu’ils me comprendront ».

Il insiste sur ses regrets et sur le fait qu’il aurait « tellement aimé » accepter plus tôt son orientation sexuelle « pour être capable de s’opposer au Federal Marriage Amendment [l’équivalent d’un Prop 8 fédéral qui aurait eu une portée nationale, s’il n’avait fini par avorter, ndlr] et tendre la main à la communauté gay comme je l’ai tendue aux afro-américains ».

FIER D’ÊTRE UN RÉPUBLICAIN
Il annonce ainsi officiellement qu’il souhaite désormais devenir un fervent défenseur des droits LGBT au sein même du « Grand Old Party » (le surnom du Parti Républicain), parce qu’il reste fier d’être un républicain et que son identité politique ne lui semble pas inconciliable avec son orientation sexuelle:

« Je vais essayer de persuader les gens que c’est parfaitement conciliable avec la philosophie du parti, avec le principe de liberté individuelle, de limitation du gouvernement, avec le fait d’encourager les adultes qui s’aiment et qui souhaitent un engagement à vie avec leur partenaire en se mariant. J’espère qu’en tant que parti, nous saurons accueillir ceux qui soutiennent les gays et les lesbiennes (…) et le droit au mariage ».

BUSH « PAS HOMOPHOBE »
Ken Mehlman affirme enfin que George W. Bush « n’était pas homophobe » et qu’il a laissé des homosexuels servir dans son administration. Pour rappel, l’ancien président des États-Unis s’est toujours opposé à l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, et a notamment fermement soutenu le Federal Marriage Amendment ainsi que la politique du DADT (« Don’t ask don’t tell »), qui impose aux homos de taire leur orientation sexuelle dans l’armée sous peine d’être renvoyés. Très attaché aux valeurs traditionnelles, il a toujours été proche des groupes religieux et conservateurs.

Les membres du Parti Républicain ne semblent d’ailleurs pas tous enchantés par les annonces de Ken Mehlman. Un ancien ami, Ed Gillespie, à la tête lui aussi de la RNC pendant un temps, n’a pas tardé à réagir: « Je crois que la plupart des républicains croient au mariage entre un homme et une femme et je continuerai d’y croire aussi ». Ce n’est définitivement pas gagné pour Ken Mehlman!

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!