La commune de Torremolinos (province de Malaga) accueillera, dès 2011, le premier établissement pour personnes âgées homosexuelles d’Espagne. Le quotidien national espagnol El País raconte en effet, dans un article intitulé « Vieillir sans renoncer« , l’histoire d’Antonio Gutiérrez Dorado, un militant LGBT de la première heure et de son nouveau projet de maison de retraite gay.

GRANDE SOLITUDE
Bien qu’en Espagne les droits LGBT aient considérablement avancé ces dernières années, ce militant et ses amis redoutent désormais le double défi qui les attend: « être vieux et homo ». Il explique ainsi que beaucoup de personnes LGBT de sa génération ont coupé les liens avec leur famille pour vivre leur sexualité en liberté à une époque où les choses étaient particulièrement difficiles et que cette première génération de militants qui a lutté pour obtenir des droits redoute désormais une grande solitude.

TABOU
« Être gay à 30 ans c’est bien, mais à 60 ans c’est plus très cool », explique Antonio Gutiérrez Dorado qui souhaite ouvrir ce débat sur les personnes âgées au sein de la communauté. « La vieillesse chez les gays est taboue », explique à son tour Beatriz Gimeno, ex-présidente de la Federación de Lesbianas, Gays y Transexuales de España, « la communauté LGBT a développé une sous-culture particulièrement liée à la jeunesse éternelle et dans laquelle la vieillesse n’a que très peu de place ».

INVISIBILITÉ
Le nouveau combat d’Antonio Gutiérrez Dorado: que l’évolution de la situation des LGBT en Espagne profite désormais à toutes les tranches d’âge, à toutes les étapes de la vie. « On ne sort pas du placard juste pour quelques années », ajoute t-il, insistant sur le fait qu’il est pourtant toujours bien difficile d’être un homo en maison de retraite et que certains se voient parfois obligés de retourner à l’invisibilité.

C’est ainsi qu’est né Arco Iris-LGTB, un projet de résidence de 27 appartements, pensé avec l’un des amis d’Antonio, directeur d’un groupe immobilier et expert dans le secteur du troisième âge. Il sera inauguré à Torremolinos, en plein cœur de ville. Pour l’anecdote, c’est dans cette même commune que s’est ouvert en 1962 le premier bar gay d’Espagne. Le projet devrait ensuite s’étendre au reste de l’Espagne, probablement à Barcelone, Madrid et Malaga.

Photo: Place San Miguel, à Torremolinos, où sera située la maison de retraite.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!