Yagg a lancé un défi à ses internautes: raconter leur gay pride ou marche des fiertés 2010 et la faire partager aux autres yaggeurs et yaggeuses qui voteront pour leur récit préféré (dans quelques jours). Et devenir ainsi Yagg reporters!

Aujourd’hui, 14e et dernier Yagg reportage de la saison: Sébastien raconte en mots et en images la gay pride de Montréal qui a eu lieu du 10 au 15 août.

Lire aussi:
Yagg reporter: La Marche des Fiertés de Rennes, par Amanda.
Yagg reporter: La gay pride de Berlin, par Yauty.
Yagg reporter: La Marche des Fiertés de Paris, par Gilles.
Yagg reporter: La gay pride d’Austin, Texas, par LGabrielle.
Yagg reporter: La Marche des Fiertés de Paris, par Alice.
Yagg reporter: La Marche des Fiertés de Toulouse, par Françoise.
Yagg reporter: La Marche des Fiertés de Paris, côté femmes, par Peggy.
Yagg reporter: La gay pride de New York, par Yiu.
Yagg reporter: La Marche des Fiertés de Paris, par Marine.
Yagg reporter: La gay pride de Madrid, par Farissou.
Yagg reporter: La gay pride de Madrid, par Red.
Yagg reporter: La gay pride de Marseille, par Lennie.
Yagg reporter: Les marches LGBT de Marseille, par Amélie.

LA GAY PRIDE DE MONTRÉAL, PAR SÉBASTIEN
Le village gay: l’un des plus importants au monde, le quartier figure sur les cartes touristiques de Tourisme Montréal qui en fait la promotion. Montréal est un exemple de tolérance, même le maire de l’arrondissement a placé un drapeau gay dans la chambre du conseil…

Le Québec et ses lois contre les discriminations sont un exemple mondial, un vrai paradis qui nous permet de vivre notre différence au grand jour, normalement, sans peur.
Le milieu gay est représenté partout, office de tourisme, publicités, bureau de l’immigration, sans aucun tabou, nous ne sommes pas contraints de cacher notre différence au travail, dans la rue, aux yeux des administrations, des banques, etc.

La gay pride se devait donc d’être visible et importante, les manifestations ont duré du 10 au 15 août. En présentant des conférences, des spectacles, des karaokés géants, des concerts, de grands DJ se produisant sur des scènes grandioses dans les parcs de la ville, une journée communautaire avec des kiosques disséminés tout le long de la rue Sainte-Catherine où nous pouvions découvrir les organisations, groupes communautaires, commerces, clubs sportifs et socioculturels.

La vie gay est présente toute l’année mais prend tout son sens lors d’événements de ce type; cela permet à tous de découvrir tout ce que le village peut offrir. On sent vraiment que la population est concernée. Des personnes de tous horizons: Québécois, Canadiens, Américains, touristes du monde entier, hétéros, bis, gays, trans’, viennent flâner, découvrir le village, s’amuser ou aider en venant s’impliquer dans la communauté.

Le défilé a commencé à 13h pour suivre un parcours de 2,5km sur une des plus grandes avenues de Montréal partant de l’ouest de la ville pour se diriger à l’entrée du village. Beaucoup de monde se préparait à admirer ce spectacle, certains ont attendu longtemps en ayant préparé leur place: sièges pliants, glacière… c’était marrant!

Comme d’habitude à Montréal, tout se prépare dans le calme, chacun se trouve une place dans le respect de chacun, sans déranger l’autre; c’est ce que j’aime à Montréal: le respect! On respecte son voisin, pas d’échauffourée, pas de bagarre, comme à l’habitude. Et pourtant, 200000 personnes étaient là, réparties le long de l’avenue et dans le village gay.

Nous n’avons pas été déçus! Le spéctacle était magnifique. Quelques chars publicitaires, mais surtout beaucoup d’engagement: des banderoles dénonçant les tyrans de ce monde, les dirigeants des États où les LGBT n’ont pas notre chance, celui de vivre, d’être soi-même, de pouvoir aimer celui ou celle que l’on a désiré-e…, des employés de certaines chaînes de magasins au Canada défilant sous le drapeau gay et la banderole de l’enseigne où ils travaillent en étant eux-mêmes,  la coalition des familles homoparentales, le club des agriculteurs gays du Québec, les LGBT juifs et israéliens, des partis politiques, le groupe des athées sans frontière contre l’homophobie religieuse, il y avait aussi FAGBUG, vous pouvez aller voir leur site (fagbug.com), ces filles ont un courage phénoménal et leur histoire est à suivre et peut aider nombre d’entre nous [lire aussi « Fagbug »: La drôle d’histoire d’une Coccinelle à pédés, ndlr], il y avait aussi Mado (du cabaret Mado), installée sur une grue, elle trônait à plusieurs mètres de haut surplombant ce défilé haut en couleur. Je ne peux pas tout énumérer, mais les photos sont là!