arcigay_logoAprès la multiplication des agressions homophobes et lesbophobes, verbales ou physiques, en Italie, l’association LGBT Arcigay a publié une lettre ouverte à la communauté internationale, à la presse et aux institutions.

« Tous les jours, nous voyons un nombre croissant de crimes de haine être commis contre des gens en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre, écrit l’association. Ces deux derniers mois, Arcigay a enregistré un nombre exponentiel de cas dans tout le pays de lesbiennes, de gays et de couples menacé-e-s, agressé-e-s ou ridiculisé-e-s en public juste parce qu’elles/ils marchaient main dans la main, s’embrassaient ou se tenaient à l’extérieur de bars LGBT. »

La lettre donne plusieurs exemples: un couple gay chassé d’une plage à Ostie, au moins cinq agressions homophobes à Milan en un mois, des passants qui menacent des couples de même sexe d’appeler la police s’ils ne cessent de s’embrasser…

« À cette homophobie croissante s’ajoute le fait que les bars et les pubs LGBT à travers le pays sont systématiquement harcelés, avec des contrôles absurdes et des enquêtes constantes et à la limite de l’obsession de la part de différentes autorités, poursuit Arcigay. Les lieux de rencontre en extérieur sont passés au crible par la police locale, grillagés voire fermés par les autorités locales, au prétexte que les rencontres homosexuelles sont « immorales ». (…) Les personnes LGBT en Italie vivent dans un climat de peur intolérable, qui rappelle une sorte de chasse aux sorcières. C’est un pays où non seulement les droits des couples LGBT ne sont pas reconnus – malgré un arrêt récent de la Cour constitutionnelle – mais, plus inquiétant, un pays où le Parlement vient de rejeter une proposition de loi contenant des mesures pour combattre l’homophobie, estimant (par écrit) que l’expression « orientation sexuelle » est en soi « ambiguë », en ce qu’elle pourrait inclure des choses comme la pédophilie, la zoophilie, la nécrophilie et l’inceste. »

« L’Italie n’a jamais été un pays où les personnes LGBT étaient traitées de façon équitable, mais à présent le pays devient presque dangereux pour les lesbiennes, les gays, les bi et les trans' », conclut l’association.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!