Sizzla, l’un des chanteurs jamaïcains toujours dans la ligne de mire des associations de lutte contre l’homophobie, doit se produire aux arènes de Palavas-les-Flots le 21 août. Dans un communiqué commun, quatre associations – Girofard (centre LGBT Bordeaux), Couleurs Gaies (centre LBGT Metz), Tjenbé Rèd et les britanniques d’OutRage! – « appellent les associations de défense des droits humains de Languedoc-Roussillon à la mobilisation ».

« Dialoguez avec le public de Sizzla!, écrivent-elles. Alertez la mairie de Palavàs-les-Flots, propriétaire des lieux! Si elle soutient être liée par contrat, demandez-lui de s’engager publiquement à insérer désormais une clause-type dans ses contrats, annulant ceux signés avec des artistes ayant proféré de tels appels au meurtre! Demandez-lui de s’engager publiquement à ne plus accueillir les chanteurs suivis par la campagne internationale Stop Murder Music (dont Tjenbé Rèd assure une coordination en France): Beenie Man, Bounty Killer, Buju Banton, Capleton, Elephant Man, Sizzla, TOK et Vybz Kartel ainsi que Mavado, Dr Evil ou Leftside! ».

« IL Y A DE PLUS EN PLUS DE SCÈNES OUVERTES À CE TYPE DE CHANTEURS »
Les associations rappellent qu’en 1998, Sizzla appelait à « brûler les Blancs en Jamaïque » et en 2001 chantait « Butte les pédés, mon gros flingues va tirer ». Et bien qu’il ait signé en 2007 le Reggae Compassionate Act, par lequel il s’engageait à ne plus tenir ce genre de propos, il interprétait la chanson Nah Apologize qui signifie « Aucun regret ».

« Nous condamnons le fait que le concert ait lieu, explique à Yagg Matthieu Gatipon-Bachette, le président de Couleurs Gaies. Nous sommes le relais de l’info et nous condamnons la tenue de ce concert parce que nous n’avons aucune garantie qu’il n’y aura pas de propos homophobes. »

« Il y a de plus en plus de scène ouvertes à ce type de chanteurs, précise-t-il. Quelque part, les autorités son partagées car il y a beaucoup de salles qui n’ont pas connaissance des chansons. Mais ces propos troublent l’ordre public. Nous attendons donc des garanties et s’il n’y en a pas, nous espérons qu’il y aura une interdiction du concert. »

Le 13 mai 2008, 16 organisations de défense des droits humains dont Tjenbé Rèd, Couleurs Gaies ou Act Up-Paris avaient écrit une lettre ouverte aux maires et aux responsables des salles où Sizzla passe pour sa tournée afin de les informer des propos tenus par le chanteur.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!