France
Gay Pride, Société | 29.06.2010 - 16 h 48 | 15 COMMENTAIRES
Pourquoi les homos de droite ont viré l’UMP de la Marche des Fiertés
Publié par
Yagg vous l'annonçait avant la Marche des Fiertés, GayLib prend ses distances avec l'UMP. Pour celles et ceux qui n'ont pas tout suivi depuis trois ans, notre partenaire Mediapart a enquêté.

Samedi 26 juin, au cœur de la gay pride, le logo bleu et rouge de l’UMP était introuvable: viré du défilé! Il n’avait pas été “banni” par les organisateurs de la Marche des Fiertés, mais par les homos de droite eux-mêmes: regroupés au sein de GayLib (club associé à l’UMP), ces derniers ont décidé de manifester, cette année, sans le sigle du parti présidentiel sur leur char – et sans plus accepter le moindre euro de la “maison mère”. Que s’est-il passé?

En 2007, l’élection de Nicolas Sarkozy (puis son mariage avec Carla Bruni) avait pourtant dopé les espoirs des bataillons de conseillers ministériels ou d’assistants parlementaires homosexuels, qui piaffaient d’impatience de voir leur camp évoluer… “Aujourd’hui, nous ne sommes plus en phase avec le parti, regrette Emmanuel Blanc, président de GayLib. Les deux promesses phare du programme, que nous avions négociées en 2006, n’ont pas été tenues.”

Nicolas Sarkozy et l’UMP s’étaient engagés à créer un “Contrat d’union civile” ouvert aux couples homosexuels, avec les mêmes droits que le mariage (à l’exception de la filiation et de l’adoption), ainsi qu’un “statut des beaux-parents” (censé faciliter la vie des familles recomposées, y compris homoparentales); mais aucun projet de loi n’a été déposé en trois ans.

“NOS DIRIGEANTS SONT FRAPPÉS D’ALZHEIMER!”
“Nos dirigeants sont frappés d’Alzheimer!, dénonce un membre du conseil d’administration de GayLib, préférant rester anonyme. Xavier Bertrand (secrétaire général du parti) nous explique que ça coince chez nos députés, qu’il faut éviter de mettre le Parlement à feu et à sang… Mais toute la dialectique de Sarko, c’est de dire: “Quand on veut, on peut…” Alors quoi?” Cet adhérent balance, amer: “N’est pas Simone Veil qui veut!” (en référence à la ministre de la Santé de Valéry Giscard d’Estaing, qui avait légalisé l’avortement en s’appuyant sur les bancs de gauche à l’Assemblée).

Lucide, aussi, ce militant conclut: “Jusqu’à présent, avec l’UMP, on était dans une relation “gagnant-gagnant”: on infléchissait le programme de l’intérieur, le parti se donnait un air moins ringard… Désormais, pour être efficace, il faut peut-être se poser la question de sortir de l’UMP…” Le président Emmanuel Blanc, lui, juge “l’idée prématurée”, mais lâche tout de même, en listant les pays qui viennent d’autoriser le mariage et/ou l’adoption pour les homosexuels (Portugal, Espagne, Islande…): “C’est inacceptable que la France, patrie des droits de l’Homme, prenne des leçons de l’Albanie, premier pays musulman d’Europe!”. La droite gay, qui avait trouvé Nicolas Sarkozy audacieux en 2007, recrache les couleuvres avalées ces trois dernières années.

Le bilan du gouvernement n’est certes “pas nul”, note Vincent Loiseau, porte-parole de l’Inter-LGBT (le collectif qui fédère les dizaines d’associations organisatrices de la gay pride). La loi Tepa de 2007 a en effet aligné la fiscalité pour les couples pacsés, en matière de succession et donation, sur les mariés. Dans la fonction publique, un décret a ouvert le “capital décès” aux conjoints pacsés. Les ministères de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Santé ont initié des campagnes de lutte contre l’homophobie conséquentes. Rama Yade (ex-secrétaire d’État aux Droits de l’Homme) est allée plaider, à la tribune de l’ONU, pour la dépénalisation de l’homosexualité dans le monde…

“Sur l’égalité fiscale ou la communication contre l’homophobie, ils sont forts, analyse Vincent Loiseau, favorable à l’ouverture du mariage et de l’adoption. Mais ça reste de l’affichage: dès qu’il s’agit de vraies réformes législatives, le gouvernement se défile!”.

Sur le projet de Contrat d’union civile (CUC), les troupes de GayLib (qui l’avaient négocié dans le programme présidentiel à défaut d’obtenir le mariage) ont très vite déchanté, dès l’été 2007. “Au gouvernement, ils ont commencé à nous dire qu’il y avait une ambiguïté, raconte Emmanuel Blanc. Nous réclamions un contrat ouvert à tous, ils pensaient le réserver aux homos…” Ce “détail” n’aurait pas été réglé, noir sur blanc, pendant la campagne. “Du foutage de gueule!, dénonce aujourd’hui un membre de l’association. Mais la situation étant inextricable, on a laissé tomber, pour tout miser sur le statut des beaux-parents…”

Cette promesse-là, au moins, est arrivée jusqu’au stade de l’avant-projet de loi, début 2009. Rédigé par Nadine Morano, secrétaire d’État à la famille, le texte changeait trois fois rien au quotidien des familles homoparentales, mais les reconnaissait dans son exposé des motifs – une première historique! Alertée, “l’entente parlementaire”, groupe de députés informel, soudés autour de la “défense du mariage”, s’est mise en branle, derrière Jean-Frédéric Poisson, un proche de Christine Boutin (qui avait combattu le Pacs la Bible à la main). Résultat: au printemps 2009, le gouvernement a renoncé.

“QUAND ON POSAIT LA QUESTION EN INTERNE, ON SE FAISAIT TRAITER DE COLLABO”
À l’époque, ces reculs ont détérioré l’ambiance au sein de GayLib, entre partisans d’une ligne “dure” face à l’immobilisme de Xavier Bertrand (ministre de tutelle de Nadine Morano, qui ne trouvait plus une seconde pour recevoir l’association), ou plus “compréhensive”… À l’automne 2009, surtout, “l’affaire Frédéric Mitterrand”, ministre de la Culture homosexuel, accusé de pédophilie par Marine Le Pen (parce qu’il avait raconté dans un roman ses escapades tarifées avec des “gosses” en Thaïlande), a tourné au pugilat: fallait-il soutenir à tout prix le seul ministre ouvertement gay du gouvernement?

“Quand on posait la question en interne, on se faisait traiter de collabo, confie un adhérent, gêné… Le problème, c’est qu’après s’être mobilisée pour sauver le soldat Mitterrand, toute la droite a eu le sentiment qu’elle avait fait le job pour la “cause gay”! On a compris que le gouvernement n’ouvrirait pas d’autre front d’ici 2012…”

Début 2010, faute d’interlocuteurs au gouvernement, Gay Lib en était donc réduite à militer pour obtenir l’expulsion de l’UMP du député Christian Vanneste (qui affirme que “l’opposition outrancière entre pédophilie et homosexualité n’est pas fondée”) – sans succès.

On en était là, le 16 juin, quand Xavier Bertrand est venu débattre avec les adhérents de GayLib, au siège de l’UMP. À ses côtés: Christian Estrosi et Nathalie Kosciusko-Morizet (ministre de l’Industrie et secrétaire d’État à la Prospective), “cautions gay-friendly” de la soirée (selon l’expression d’une participante). En introduction, la maire de Longjumeau a fait un “lapsus”, sans doute savamment préparé pour faire bicher l’assistance: “Venez vous marier… enfin vous pacser, à Longjumeau! J’offre des pots de miel…”

Print This Post
 
LES réactions (15)
  • Par Ginette Marchandise 29 juin 2010 - 17 H 08

    « C’est inacceptable que la France, patrie des droits de l’Homme, prenne des leçons de l’Albanie, premier pays musulman d’Europe! »

    Prendre des leçons d’un pays musulman est donc inacceptable ? Et les auvergnats, ils en pensent quoi les auvergnats ?

    Signaler ce commentaire

     
  • Par PhilHotFrench 29 juin 2010 - 18 H 53

    grotesque.
    dire qu’ils ne veulent pas (encore) sortir de l’UMP prouve bien qu’ils en font pleinement partie.

    le dosage marketing (avec des doses bien plus petites que d’autres) jusqu’à l’écoeurement:
    on a les beurs UMP,
    les auvergnats UMP,
    les noirs UMP,
    les juifs UMP,
    les féministes UMP,
    les ultra libéraux UMP,
    les millionnaires UMP,
    les gestionnaires de fortune UMP,
    les racistes UMP,
    les jeunes UMP,
    les super cathos UMP,
    les homosexuels UMP…

    et le gros des troupes:
    des hommes, blancs, âgés et catholiques.
    qui n’aiment guère trop ni les beurs, ni les noirs ni les homosexuels.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par PhilHotFrench 29 juin 2010 - 19 H 00

    excellent article, merci.

    mais attention à être très précis:
    le Parti Chrétien-Démocrate (PCD) de Madame Boutin, comme le Parti Radical valoisien (de Borloo) sont des composantes fondatrices de l’UMP (qui les subventionne tous les ans au prorata de leur poids en élus, en influence réelle ou supposée), pas seulement des “partenaires”.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Tony 29 juin 2010 - 19 H 38

    Jamais on ne revotera pour Sarkozy même s’il promet le mariage en 2012. On ne se fera pas berner 2 fois. C’est maintenant ou c’est la gauche qui le fera en 2012 ! Avec 10% de voix homo en France, Sarko a un peu de souci à se faire pour sa réélection….

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Opprime 30 juin 2010 - 2 H 01
    Avatar de

    Je glousse un peu à la fin de la lecture de cet article.
    On dirait des enfants à qui on avait promis une sucette et qui découvrent qu’il ne l’auront pas.
    Trève de sarcasmes, et trève de résolution.

    Le résultat se verra dans les urnes en 2012.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Garibaldi 30 juin 2010 - 8 H 52
    Avatar de Garibaldi

    Phil , sans oublier les caniches de l’UMP , les idiots utiles du sarkozisme .

    Une gaypride de gaylib devant l’Elysée !

    Gaylib prennent les homos pour des cons car ils enlèvent leurs autocollants ( quelle révolution !!! ) mais ils savent très bien qu’ils appeleront à voter sarkozy en 2012 .

    Signaler ce commentaire

     
  • Par clemamans 30 juin 2010 - 14 H 17

    J’ai voté Sarko (éducation de droite oblige) mais c’est terminé en 2010 je voterai PS, car la droite se tape des revendications LGBT. Mes parents électeurs de droite depuis 40 ans sont dégoutés de Sarko. Et même si il se représente, mes parents ne voteront pas pour lui. Sarko a oublié que les homos ont eux aussi de la famille… Mes parents, mes soeurs on cru à son projet d’union civil et de statut du beau parent… Mais, nous avons bien compris que tout cela c’est du pipeau. Finalement, la droite va perdre des électeurs et c’est bien fait pour leur poire…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par clemamans 30 juin 2010 - 14 H 18

    Euh erreur de frappe, j’ai voulu écrire en 2012 je voterai PS…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par bambi 30 juin 2010 - 16 H 43

    Il était temps qu’ils ouvrent les yeux les gaylibs ! Très Intéressant le passage sur Frédéric Mitterrand. L’UMP a donc eu sa dose pour le quinquennat !

    Signaler ce commentaire

     
  • Par perrot 30 juin 2010 - 17 H 24

    ouf, cette année, pas de char ump à la marche de paris: après le “choc” de l’année passée, on est tout de meme soulagés!!!!un peu de cohérence, tout de meme….

    Signaler ce commentaire

     
  • Par tatiedeguethary 01 juil 2010 - 20 H 39
    Avatar de tatiedeguethary

    GayLib a été au centre de toutes les analyses socio-politiques de cette Gaypride 2010. Cela démontre que GayLib est un acteur essentiel dans le combat des droits LGBT.
    Je m”explique il ne suffit pas de réclamer à tue-tête le mariage et l’adoption pour les couples Gays. Il faut aussi, pour que cela se fasse, que l’opinion publique soit prête à accepter cela et pour ce faire le travail le plus long et le plus difficile doit se faire à droite. En effet il est plus facile d’être un militant homosexuel de gauche qu’un militant homosexuel de droite. Aujourd’hui l’opinion est prête pour ouvrir le mariage aux gay à 63% et l’adoption à 52%, même si à droite le mariage rassemble 48/52% selon les sondage et l’adoption 37/44%. Les propos de Xavier Bertrand sont inacceptable. La fracture entre la volonté ou l’acceptation populaire et les choix personnels des députés de droite est totale. Un député est avant tout le représentant du Peuple et le peuple à 63% dit oui au mariage.
    Le combat pour les droits des homosexuels à besoin de GayLib et GayLib à besoin de vous pour amplifier sa pression sur la droite. le moment est venu de vous engager là ou il faut mener un vrai combat.
    http://www.gaylib.org/gaylib/adhesion

    Signaler ce commentaire

     
  • Par bambi 02 juil 2010 - 0 H 29

    Elle est bien bonne celle là… Faut être maso surtout ! Vouloir faire bouger un parti qui se fout de votre gueule. Allez donc nous ressortir des ténèbres le statut de beaux-parents que l’on apprécie votre pouvoir de manœuvre au sein de l UMP! Pour le moment, vous avez seulement prouver votre totale inefficacité. Vous êtes les dindons de la farce sarkoziste.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Nathou 02 juil 2010 - 1 H 05

    Pas d’UMP à la marche des fiertés, avec ou sans leur logo, GayLib représente l’UMP et ses politiques déstructrices pour les LGBTI et les femmes.
    Comme le disait le slogan de la Pride de Naples samedi : “LGBT : fabuleusement antisexistes, anti-racistes et anti-fascistes!”

    Non au faux nez de la droite à notre marche!

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Phil86 02 juil 2010 - 6 H 31
    Avatar de

    “GayLib a été au centre de toutes les analyses socio-politiques de cette Gaypride 2010. Cela démontre que GayLib est un acteur essentiel dans le combat des droits LGBT.”

    belle démonstration d’autosuggestion… ya que la foi qui sauve, hein ! :o)

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Phil86 02 juil 2010 - 6 H 35
    Avatar de

    “Le combat pour les droits des homosexuels à besoin de GayLib et GayLib à besoin de vous pour amplifier sa pression sur la droite.”

    cela serait vrai si Gay-Lib avait les mains libres et les coudées franches, or ce n’est absolument pas le cas, bien au contraire : vous êtes impuissants, vous avez les mains liées, l’UMP vous tient par les… et vous n’êtes absolument pas écoutés dans votre parti ! votre salut est d’en sortir une bonne fois, trouvez votre indépendance et votre liberté, vous pourrez alors agir… pour l’instant vous êtes réduits à l’impuissance….

    Signaler ce commentaire

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

    Aucun message ne correspond à vos critères de recherche.