Le 21 juin dernier, des associations LGBT ont lancé une « plate-forme nationale pour l’égalité des droits. Elles appellent aujourd’hui d’autres associations, organisations et individu-e-s à soutenir massivement cette démarche.

« Lesbiennes, trans’, gays, bis… Où sont nos droits? » s’interrogent, en guise de mot d’ordre, les associations. « En 2010, la loi continue à faire des gays, des lesbiennes et des trans’, des sous-citoyen-ne-s: exclusion du mariage, de la parentalité, du don du sang, impossibilité de changer d’état civil sur simple déclaration. Ainsi, malgré les avancées en Belgique, Espagne, Portugal, Islande… en France, rien ne change! (…) D’ailleurs, Xavier Bertrand l’a affirmé en 2009: l’ouverture du mariage et la filiation aux homosexuel-le-s « ne sont pas les convictions de ma famille politique ». Ainsi nous – associations LGBT – avons décidé de lancer une campagne que l’on veut large et massive pour n’exiger qu’une seule chose: l’égalité des droits pour tou-te-s », déclare le collectif d’associations dans un communiqué.

Ce collectif réunit déjà prêt d’une vingtaine d’associations et partis politiques signataires: les Panthères roses (Paris), Collectif Contre l’Homophobie (Montpellier), Étudions Gayment (Paris), OUTrans (Paris), Lesbian & Gay Pride Montpellier Languedoc-Roussillon, Centre LGBTI de Strasbourg/Alsace, Helem Paris, Les Alternatifs, Les Poupées en Pantalon (Strasbourg), LeZ Strasbourgeoises, la Lune (Strasbourg), Milite-Terre (Strasbourg), Mix-Cité Nantes, Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), Over the Rainbow (Strasbourg), Pink Freak’X (Montpellier), STS (Support Transgenre Strasbourg) et TaPaGeS (Strasbourg).

« TANT QUE LA LOI DIRA QUE LES LGBT SONT INFÉRIEURS EN DROIT, CELA LÉGITIMERA L’HOMOPHOBIE »
Tous exigent, à travers cette plateforme, la mise en place d’un mariage unique quels que soient les partenaires; une adoption unique, pour tous les couples et tous les célibataires, pour le conjoint quelle que soit la situation conjugale et qui donne des droits identiques à ceux de la filiation hors adoption; l’accès aux techniques de PMA pour toutes; l’accès au droit au séjour pour les non européen-ne-s pacsé-e-s semblable à ceux des couples mariés; le don du sang accessible à tou-te-s; la possibilité de modification de son état-civil (sexe et prénom) sur simple déclaration, la reconnaissance par l’État et dans la loi que la transphobie est une discrimination condamnable, et d’une façon plus générale une lutte effective contre les discriminations liées au sexe et à la sexualité.

« Nous exigeons maintenant du gouvernement et des parlementaires l’égalité de tous les êtres humains en dignité et en droits (comme le stipule l’article 1 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme), ajoutent les associations. Tant que la loi dira que les LGBT sont inférieur-e-s en droit, cela légitimera les attaques homophobes, lesbophobes et transphobes, et causera les drames sanitaires que nous connaissons ».

Le collectif invite aujourd’hui les associations et individu-e-s à signer la plate-forme de revendication sur le site Égalité des droits et à rejoindre les initiateurs de cette démarche, samedi prochain à partir de 15h, à la Marche des Fiertés de Paris sur le stand placé aux abords de l’Institut de monde arabe, où des badges seront également en vente pour soutenir la campagne.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!