La 3e édition du Festival Jerk Off débute ce samedi 19 juin et dure jusqu’au 2 juillet. Et parmi les rendez-vous de ce festival queer et pluridisciplinaire à ne pas manquer, il y a Evelyne House Of Shame, de Christophe Haleb, à La Machine du Moulin Rouge (90, bd de Clichy, 75018 Paris), les 23 et 24 juin, à 20h.

Les spectateurs, avec quinze danseurs, comédiens, chanteurs, performeurs, etc., sont invités à participer à une sorte de work in progress utopique, festif, décadent, dans un déluge de musique, de décors et de costumes.

Pour Yagg, Christophe Haleb, de la Compagnie La Zouze, en dit plus sur cet objet théâtral non identifié.

Evelyne House Of Shame est un spectacle hybride: est-ce une performance? Du théâtre? Du clubbing? Éclaire-nous! C’est une performance qui questionne la représentation de la fête, la célébration, le mythe. Je travaille avec le site spécifique, c’est une pièce qui dialogue avec l’usage du lieu, son passé, sa mémoire, son histoire. La Machine, Pigalle, le Moulin Rouge, la vanité, c’est déjà pas mal. Toutes les créatures seront libérées. Plusieurs supports sont en jeu: la danse, le costume, la musique, l’espace, le savoir vivre, le savoir mourir, la grâce et la crasse, le populaire, le démonstratif, l’insignifiable. On est dans la proximité avec les gens, on cherche avec le mouvement et la parole à faire geste d’hospitalité, Evelyne est une exilée généreuse.

En regardant les images du spectacle, on a l’impression de quelque chose de très décadent, viscontien. C’est l’esprit? Evelyne n’est pas une femme, c’est une apparition! L’esprit est à la ruine, à la chute de l’empire, crack, crack, crack, crack, crack, oh superbe jack [sic] Offenbach. Il y a le bal des soupirs, des tableaux vivants, des crinolines, Le Guépard n’est pas loin, les guenons non plus.
 C’est le temps de la mise en scène des corps, des rencontres… Entre ordre et désordre, avec ses codes et ses rituels, selon le lieu et l’époque.


Le public va intervenir, quelle est sa place? Le public est invité à jouer la partie, à changer de points de vue sur la matière proposée et tout au long de la soirée, à devenir acteur de cette nuit. Ce n’est pas un spectacle sur scène, nous questionnons la frontière communément admise entre art et pratique sociale. Cette Machine est un club, c’est une forme d’être ensemble, ce qui est inouï, c’est la diversité du corps en movement. And if you’re not here to dance, get the fuck out of my house!!!

Comment s’est passée ta collaboration avec le DJ Patrick Vidal? Je ne l’ai pas encore rencontré, il est invité à prendre en relais la performance vers minuit. Le musicien Alexandre Maillard avec qui je collabore sur plusieurs projets de la compagnie joue en direct la partition musicale d’Evelyne House of Shame.

Profitez de la promo 1 place achetée = 1 place offerte sur Digitick.

Photos © C. Weiner

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!