L’Inter-LGBT organisait hier matin une conférence de presse en vue de la prochaine Marche des Fiertés LGBT, la 14e du nom, qui se tiendra à Paris le 26 juin 2010. Avec près de 700000 participants en 2009, cet événement reste tout simplement la plus grande manifestation politique annuelle.

Le premier mot d’ordre de cette année sera « Violences, discriminations, ASSEZ! », « pour rappeler que le maintien de l’inégalité des droits entre les différentes formes de couple n’est pas admissible et ne saurait valablement perdurer », explique l’association. Il s’agit, une fois de plus, de maintenir la pression pour une égalité totale.

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Marche des Fiertés LGBT – Conférence de presse 15 juin 2010

UNE MARCHE FESTIVE MAIS SURTOUT REVENDICATIVE
Pour l’Inter-LGBT, la marche sera l’occasion de faire le bilan plutôt négatif des trois ans de présidence de Nicolas Sarkozy en terme d’égalité des droits, au cours de laquelle il n’a à ce jour pas respecté ses promesses de campagne présidentielle sur la création d’une union civile – réservée aux couples homosexuels et supposée apporter des droits plus proches de ceux du mariage – et d’un statut du tiers qui pourrait s’appliquer aux familles homoparentales.

« C’est dans ce contexte de non-égalité des droits que l’on constate toujours autant de violence et de discrimination envers les personnes LGBT », explique Vincent Loiseau, porte-parole de l’association, qui ne voit aucune volonté d’avancée sur ces sujets pour le moment.

Les mots d’ordre de la Marche découlent notamment des conclusions du rapport 2010 de SOS homophobie qui déplore cette année toujours autant de témoignages de victimes d’homophobie, près de trois témoignages par jour, et toujours le même type de violences, les violences sourdes d’abord sur internet, sur les lieu de travail, à l’école et les violences plus visibles: nombre inquiétant de suicides, d’agressions physiques, de viols, de meurtres homophobes…

« Il sera question de pointer du doigt tous les types d’homophobie et de transphobie, pour qu’il y ait une prise de conscience collective du fait que les discriminations sont liées à l’invisibilité », ajoute Vincent Loiseau.

« LIBERTÉ ET ÉGALITÉ PARTOUT ET TOUJOURS »
Le second mot d’ordre sera « Liberté et égalité partout et toujours ». Revendiquer l’égalité des droits sociaux reste la priorité et demander l’ouverture du mariage aux couples homosexuels en est l’un des points importants : « L’invisibilité des LGBT est au cœur du problème et la mairie est un lieu symbolique, pour qu’un jour tous le monde puisse vivre sa sexualité, dans une logique d’égalité des droits », explique Elisabeth Ronzier, chargée des questions juridiques à l’Inter-LGBT.

Rappeler également qu’il existe aujourd’hui environs 100000 familles homoparentales en France et qu’il est temps de les prendre en compte, en répondant au vide juridique sur la délégation de l’autorité parentale, en créant enfin le statut du tiers, en offrant tout simplement des droits pour sécuriser les enfants des couples de même sexe.

Et l’Inter-LGBT d’insister sur le fait que cette égalité des droits passe aussi par l’obtention du droit à l’adoption par des couples de même sexe, par la question des pensions de réversion, par l’amélioration des conditions de vie des personnes trans’ et l’assouplissement des procédures de changement d’état civil, par l’obtention du droit de donner son sang, etc.

La Marche partira à 14h de Montparnasse. Elle longera le boulevard du même nom, puis le boulevard Saint-Michel et le boulevard Saint-Germain avant d’arriver place de la Bastille, où un podium sera installé, pour accueillir des DJs qui mixeront jusqu’au soir, ainsi que plusieurs personnalités qui s’exprimeront sur la lutte contre les discriminations.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!