Si vous n’arrivez pas à écouter le player ci-dessus, cliquez sur La playlist Yagg du 14 juin.

Les choix musicaux de l’équipe de Yagg, commentés ci-après.

Maxime Donzel: Gay Human Bones, Harlem.
Je les ai vus à La Maroquinerie il y a quelques semaines: un vrai crush. Une énergie juvénile, très rock’n’roll, très pédale, en sueur, c’est tout ce que j’aime.

Bénédicte Mathieu: All American Girl, Melissa Etheridge.
Un album, Yes I Am, découvert en Australie en 1996. Près de quinze ans après, l’énergie de ses chansons comme celle-ci m’épate toujours autant.

Audrey Banegas: Fleur de saison, Émilie Simon.
Rapport au temps qu’il fait… « Dès les premières lueurs d’octobre… ».

Judith Silberfeld: Always The Sun, The Stranglers.
La pluie et les orages me font toujours penser à cette chanson…

Esther Trousset: Weapon Of Choice, Fatboy Slim.
Je réécoute beaucoup cette chanson en ce moment et je rêve de faire la même chose que Christopher Walken dans le clip.

Anne Noirault: The Guns of Brixton, The Clash.
À temps anglais, chanson anglaise!

Yannick Barbe: Fire With Fire, Scissor Sisters.
Les stars de mon été.

Christophe Martet: Le massage des doigts (B.O. de Peau d’Âne), Michel Legrand.
Dans les paroles de cette chanson, Demy administrait en 1970 la preuve que la follitude est présente partout, même dans les contes pour enfants qu’il revisite avec jubilation.

Bertrand Mussard: I Surrender, Céline Dion.
Pour mes amis, et pour les sacrifices qu’on fait les uns pour les autres, et surtout pour ma meilleure amie (fan de Céline aussi) qui abandonne la Réunion ce soir pour venir vivre à Paris, avec moi. J’irai où tu iras, toi même tu sais!

Florent: Moondance, Nightwish.
Le Hellfest, c’est ce week-end, mais pour éviter de se péter les tympans (ou pour juste éviter d’achever l’ouïe d’une certaine personne déjà bien atteinte hier), j’ai choisi un morceau plus que soft d’un de mes groupes de metal préférés.

Xavier Héraud: Paradise (Not For Me), Madonna.
Suis retombé sur cette chanson par hasard hier sur Facebook. L’une de ses meilleures. Merci Mirwaïs.

Rémi Rapaic: 19/2000 (Soulchild Remix), Gorillaz.
Parce que quand on part de Bretagne en espérant trouver du beau temps, et qu’on a l’impression de pas être parti, ça remonte bien le moral.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!