Le mercredi 9 juin, Yagg, en partenariat avec Sida Info Service (SIS), recevait dans ses locaux le Docteur Michel Ohayon, directeur du 190, le centre de santé sexuelle à Paris, pour un chat avec les internautes sur le thème « traitements VIH et voyages ». Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Chat avec Michel Ohayon: le making-of.

Modérateur: Bonjour. Yagg et SIS sont ravis d’accueillir Michel Ohayon, directeur du 190, le centre de santé sexuelle à Paris.

Michel Ohayon: Bonjour. Ravi d’être sur Yagg avec vous.

Chris: Y a-t-il des problèmes spécifiques par rapport aux traitements et à l’exposition au soleil?

Michel Ohayon: En général, pas vraiment. Cela dépend évidemment des traitements qui sont pris. Là où il y a vraiment un risque de photosensibilisation, c’est avec la Doxycycline, qui est souvent prescrite comme traitement préventif du paludisme.

Anonyme: J’ai embrassé une personne à très haut risque qui avait une grosse gingivite, sachant que j’avais les lèvres gercées et légèrement saignantes. Après deux semaines, j’ai eu les symptômes évocateurs du VIH…

MO: Nous avons maintenant quasiment 30 ans de recul sur le VIH, et, en 30 ans, personne n’a jamais été contaminé en embrassant quelqu’un, même dans des circonstances « gore ». Donc, il n’y a pas de risque, tout simplement.

Anonyme: Les sueurs nocturnes peuvent-elles arriver juste un an après une situation à risque?

MO: Les sueurs nocturnes ne sont pas un signe d’infection par le VIH. Encore moins au bout d’un an.

Anonyme: Comment expliquer que les piqûres de moustiques ne transmettent pas le VIH si ce même moustique me pique et a piqué auparavant une personne séropositive? (contact sang). Merci.

MO: En fait, le moustique pique pour se nourrir. Quand il pique quelqu’un juste après, c’est pour bâfrer. Il ne vomit pas! C’est vrai que le moustique transmet le paludisme. Mais là c’est différent. Le parasite du palu est dans les glandes salivaires du moustique, et quand il bouffe, il salive en même temps (un peu comme nous). Dans le contexte du voyage, il est par contre important de se prémunir contre les vrais risques liés aux moustiques: vaccination contre la fièvre jaune, prophylaxie du paludisme… Sans oublier la vaccination contre l’hépatite A (qui est recommandée chez tous les gays, d’ailleurs, même ceux qui ne voyagent pas), l’hépatite B (idem, même si la transmission est plutôt sexuelle).

Mickey: J’ai eu un rapport hier. Le préservatif a cassé et je m’en suis rendu compte trop tard. J’aimerais savoir quels sont les risques car je connaissais à peine mon partenaire, qui lui dit être sain, mais je n’en suis pas certain. Je n’ai que sa parole! Alors que dois-je faire? Un test ne sert à rien avant plusieurs semaines, le traitement d’urgence est-il la solution? Merci pour vos réponses.

MO: Un risque de moins de 48 h relève d’une évaluation médicale afin de juger de l’intérêt d’un traitement prophylactique. En journée, c’est plutôt dans les services spécialisés que ça se passe. À l’étranger, l’accès aux traitements post-exposition est beaucoup plus aléatoire qu’en France. On peut se débrouiller parfois avec l’ambassade de France. Faire gaffe à l’assurance-voyage. Ça facilite les choses (la carte de crédit est assez intéressante pour ça).

Benjamin63: Une fellation est-elle contaminante?

MO: Une fellation peut être contaminante. Cela dépend en fait surtout du statut du partenaire à qui on fait une fellation. En pratique, la transmission se produit surtout quand on fait une fellation à une personne en primo-infection. Cela étant, la protection des pénétrations sauf la fellation est une technique de réduction des risques globalement très efficace. Mais si on fait comme ça, ça justifie un test annuel en fonction du nombre de partenaires. Et la fellation marche très bien pour attraper l’hépatite B, la syphilis, le gonocoque…

Anonyme: Peut-on attraper le sida en partageant un sandwich avec un séropositif?

MO: On parle vraiment d’un « vrai » sandwich? Ce n’est pas une allusion sexuelle? Avec un vrai sandwich, on ne risque rien. Avec le hot dog non plus…

Inigo: Avaler le sperme de son partenaire est-il contaminant?

MO: Oui si le sperme est contaminé. Ce qui est important, c’est d’éviter l’éjaculation dans la bouche. Après, est-ce qu’il vaut mieux avaler ou recracher si cela arrive, c’est relativement accessoire.

Matt: Quels sont les symptômes majeurs du sida?

MO: En 2010, il ne devrait pas y avoir de symptôme majeur du sida. Il met 10 ans à apparaître; toute personne porteuse du VIH et qui a fait un test en temps et en heure ne devrait pas avoir de symptôme du sida.

Anonyme: Suite à un rendez-vous auprès d’un courtier en assurance privée santé, celui-ci m’a affirmé qu’aucune assurance ne voudrait me prendre en charge. Que dois je-faire? Mentir? Futur employé en Suisse mais vivant en Haute Savoie! Quelqu’un peut-il m’aider?

MO: En tant que citoyen français, il y a moyen de rester couvert par l’assurance-maladie en France. Pour ce qui est des assurances privées en général, elles pratiquent des surcotes en fonction des pathologies. C’est pareil pour les cardiaques, les gens qui ont eu un cancer, etc. Pour les assurances-santé en voyage, c’est plus facile. En Europe (et en Suisse), les citoyens de la Communauté sont assurables dans tous les pays. Cela suppose d’avoir une carte européenne d’assurance-maladie, qu’on obtient auprès de la CPA à laquelle on est affilié. Ailleurs, les assurances type Europe Assistance et autres sont valables. Pour les détenteurs d’une carte de crédit, il y a une assurance-voyage qui est associée. Pour les détenteurs d’une carte de crédit type « gold » ou « premier » (la dorée quoi!), l’assurance-voyage qui est fournie correspond aux contrats standards des assistances volontaires. Pas la peine de payer deux fois.