Quel succès! Qui l’aurait cru? Et bien nous, dès le départ (voir vidéo en fin d’article)! Mercredi 2 juin, Océanerosemarie fête la 100e représentation de son one-woman show, La lesbienne invisible, aux Feux de la Rampe, à Paris. Celle qui tient également un blog sur Yagg (Mais qui a encore éteint la lumière?) fait le bilan en 3 questions/réponses, à sa façon, évidemment.

C’est la 100e de La lesbienne invisible: la lesbienne est de moins en moins invisible alors? Bien au contraire! Elle a commencé un régime hyperprotéiné, elle mincit à vue d’œil (670 grammes en trois mois, quand même, un record) et elle espère bien pouvoir se cacher derrière le câble de son micro sous peu (mais, c’est vrai, c’est pas gagné).

Les souvenirs marquants de ces 100 représentations? La première fois où les gens ont applaudi avant même qu’elle ne rentre sur scène (elle a hésité à jouer, du coup, vu que ça avait l’air déjà gagné), d’ailleurs, bizarrement ça ne s’est jamais reproduit, les filles avaient dû se tromper de salle et croire qu’elles étaient au Palace pour Florence Foresti qui jouait là-bas cet hiver.

La fois où elle a dit « monsieur » à une femme qui avait l’air d’un homme mais qui était juste une femme qui aurait voulu être un homme mais qui déteste qu’on la prenne pour un homme (encore désolée Madame). Depuis Océanerosemarie ne conjugue jamais quand elle s’adresse à un être androgyne (parce qu’il y a des pédés féminins qui se font passer pour des lesbiennes, des fois, et inversement) parce que comme disait Sainte Thérèse d’Avilla: « être goudou n’excuse pas tout, mon hibou ».

La fois où y a eu une rangée entière d’hétéros (ma mère, son mari, mon père, sa secrétaire et sa sœur et sa belle-mère – de la secrétaire), ça a vraiment changé le mood, ils rigolaient pas aux mêmes moments (est-ce qu’ils rigolaient déjà? ah oui! quand j’ai dit « bite »!), et j’adorerais que ça se reproduise, mais je sais que les hétéros sont un peu timides, et planqués, et craignent d’être discriminés ou attaqués par des hordes de lesbiennes armées de grands ciseaux s’ils viennent au spectacle. En même temps, après 2000 ans de violence au quotidien, ça se comprend!

Les projets de La lesbienne invisible? En route pour Bercy, que dis-je, le Stade de France? Seulement si Mylène m’invite à faire sa première partie! En attendant, je suis fidèle aux Feux de la Rampe, plus pratique pour mater les décolletés du premier rang!

Souvenez-vous, c’était en juin 2009. Océanerosemarie répondait aux questions de Yagg au moment du lancement de son spectacle:

httpv://www.youtube.com/watch?v=2Y4_TcacedY
Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Océanerosemarie, la lesbienne invisible sur Yagg.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!