Se réapproprier l’espace public, refuser de céder à la peur, c’est l’idée derrière le pique-nique solidaire organisé samedi 29 mai, à Paris.

Samedi dernier, le 22 mai, un couple de lesbiennes a été insulté et agressé physiquement alors qu’elles se promenaient le long du canal de l’Ourcq, sans que personne, ou presque, n’intervienne, comme le raconte l’une des deux femmes sur son blog. Une plainte a été déposée au commissariat du 19e arrondissement de Paris.

« Les agressions à l’encontre des personnes LGBT sont fréquentes, rappelle le Centre LGBT Paris Ile-de-France. Le 28 avril dernier, les actrices trans’ du film Mourir comme un homme étaient agressées en plein jour, au niveau du Parc de Belleville, à Paris. Nous avons également déploré des agressions de gays même dans les 3e et 4e arrondissements de Paris. Cette fois, il s’agit d’une agression lesbophobe. Ce type d’agression n’est pas isolé et d’autres lesbiennes ont été sauvagement agressées dans différentes villes en France et en particulier à Segré et Epinay-sous-Sénart. En outre, les lesbiennes comme les femmes trans’ sont souvent victimes d’une double discrimination, à raison de leur orientation sexuelle mais aussi en tant que femmes. »

COLLECTIF DE SOUTIEN
Un collectif de soutien (joignable par mail) s’est monté « à chaud », avec l’accord des victimes et l’appui de quelques-unes de leurs amies lesbiennes souhaitant surtout leur apporter soutien et réconfort. C’est ce collectif qui organise le pique-nique, samedi 29 mai, de 18h30 à 22h, sur les lieux de l’agression, sur le bord du canal de l’Ourcq, devant le restaurant O KAY café, sur la place avant l’écluse, au 41 quai de la Loire.

L’initiative rappelle le mouvement Take Back The Night (ou Reclaim The Night, que l’on peut traduire par « se réapproprier la nuit »), lancé dans les années 70 par les féministes afin de protester et d’agir contre les viols et autres actes de violence sexuelle en Europe et aux États-Unis, ou, beaucoup plus récemment, les kiss-in organisés dans des lieux publics considérés par certains extrémistes catholiques comme leur appartenant. Une communauté, c’est aussi ça.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!