affiche Cul-de-sacEn Iran, les homosexuels hommes et femmes risquent la peine de mort. Et pourtant, le Royaume-Uni s’apprête à expulser Kiana Firouz, une lesbienne iranienne de 27 ans.

Ce soir, Kiana Firouz assistera à la première londonienne de Cul-de-Sac, un film où elle joue une lesbienne qui demande l’asile en Grande-Bretagne. Le ministère de l’Intérieur rejette sa demande et la renvoie en Iran.

« Malheureusement pour Kiana Firouz, rapporte The Times, le film n’est pas une fiction. Il est inspiré de sa vie. » Voici la bande-annonce:

httpv://www.youtube.com/watch?v=hp-i-oeFdB4&feature=player_embedded

Selon l’un des avocats de Kiana Firouz, cité par The Times (seul média britannique à avoir publié un article vraiment complet pour l’instant), Kiana « sera en très grand danger, pas seulement parce qu’elle est ouvertement homosexuelle mais parce que le film ne donne pas une image positive des autorités iraniennes ». Et The Times de rappeler que le réalisateur iranien Jafar Panahi avait été choisi pour faire partie du jury du festival de Cannes mais qu’il n’a pas pu répondre à l’invitation puisqu’il est emprisonné à Evin, au nord de Téhéran, depuis le début du mois de mars.

Kiana Firouz est arrivée au Royaume-Uni il y a deux ans pour faire des études. Les services secrets iraniens se sont alors aperçus qu’elle préparait un documentaire sur les homosexuels en Iran (souvenez-vous des déclarations du président iranien Mahmoud Ahmadinejad). Le ministère de l’Intérieur a rejeté sa demande d’asile au prétexte qu’elle pouvait dissimuler son homosexualité si elle repartait en Iran. Kiana a fait appel deux fois, sans succès.

UN TEST POUR LE NOUVEAU GOUVERNEMENT BRITANNIQUE
« Le film comporte des scènes d’actes sexuels qui, en eux-mêmes, me menacent de la peine de mort si je retourne en Iran, écrit Kiana dans un post publié en anglais sur le blog de l’activiste iranienne Maryam Namazie et en français sur le blog Révolution en Iran. Maintenant, le seul espoir qui me reste est le soutien du mouvement LGBT. » Elle invite à signer une pétition en ligne, qui compte pour l’instant près de 25600 signatures.

Comme le souligne The Times, cette affaire est un test pour le nouveau gouvernement, puisque le Parti conservateur a promis lors de la campagne électorale de « changer les règles afin que les homosexuels qui fuient les persécutions se voient accorder l’asile », au lieu d’être obligé-e-s de cacher leur orientation sexuelle (ce qui serait de toute façon impossible pour Kiana désormais). L’article rappelle également qu’il existe un précédent: en 2006, Mehdi Kazemi, un étudiant gay, avait déposé une demande d’asile après l’éxecution de son petit ami en Iran. La demande avait été rejeté, Mehdi Kazemi avait tenté sa chance aux Pays-Bas mais là aussi l’asile lui avait été refusé puisque la demande ne peut être faite que dans un pays de l’Union européenne. Il était donc reparti au Royaume-Uni, et en 2008, Jacqui Smith, alors ministre de l’Intérieur, avait cédé à la pression et l’avait autorisé à rester en Grande-Bretagne.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!