Yagg à Cannes, épisode 5, avec notre envoyé spécial Franck Finance-Madureira.

Après un week-end chargé, on souffle un peu avec un joli teenage movie à la Semaine de la Critique, on arrête le café pour un jour, et notre gorge profonde, informateur de Yagg sur les projos officielles, frappe encore à coups de SMS.

LE FILM DU JOUR
The Myth of the American Sleepover, de David Robert Mitchell (Semaine de la Critique): L’anti-American Pie
Le teenage movie américain est un genre à part entière et, exception faite de la trilogie de Gregg Araki dans les années 90, ressuscitée de la plus belle façon hors-compétition cette année avec Kaboom, ces dernières années ont été sur ce terrain-là relativement piteuses. Les American Pie, Sexy Movie et consorts n’ont franchement pas renouvelé l’exercice puisqu’ils reprennent trait pour trait les codes des comédies ciblées ado des années 70 où l’on croyait que pour parler  » éveil de la sexualité » et « découverte des substances récréatives », il fallait être vulgaire et bas du front.

Avant Araki, John Hugues a changé la donne en livrant quelques films sensibles sur cette période de la vie au cours des années 80 (Breakfast Club, s’il faut en citer un). C’est plutôt sur cette ligne « Hugues » que se lance David Robert Mitchell avec son premier film. Avec un pitch simplissime: la dernière nuit de l’été que passent ensemble quatre adolescents. Et un jeu sur les variations entre les différents caractères ou « characters » et leur façon de grandir, d’expérimenter, de se rebeller ou encore d’accepter que le temps passe.

Ne se contentant pas d’être un très joli portrait d’une génération, ce premier film, qui concourt donc pour la Caméra d’Or, est extrêmement maîtrisé d’un point de vue visuel. Au fil des variations de lumière de cette dernière nuit estivale, les paysages de cette banlieue très ordinaire de Detroit semblent révéler à chaque instant des beautés insoupçonnées. Un joli film tendre, fluide et lumineux.

Bande-annonce:

Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur The Myth of the American Sleepover – Official Trailer.

LES BUZZ DE LA CROISETTE: UN COSTUME POUR BRAD PITT ET UN COSTARD POUR TAKESHI KITANO
Affliction des badauds de la Croisette. La vitrine de la boutique D&G exhibait fièrement un smoking orné de pierre de jais, de broderies et d’un diamant, le tout pour 10000 euros. Avant l’apparition de Brad Pitt sur la Croisette, on se disait qu’il était à peu près la seule personne sur Terre qui aurait eu les moyens et le « bon goût » de s’offrir cette tenue d’apparat. Mais non.

Projection officielle du film de yakusas Outrage, de Takeshi Kitano. Notre gorge profonde du Palais se lâche une fois de plus par SMS: « 24 morts, trois petits doigts coupés, un balafré et une dentition massacrée. Film propre et respectueux de la tradition. Les rôles les plus insignifiants sont tenus par les plus beaux représentants de la nation japonaise! Salle vide en 4 minutes ».

Franck-Finance Madureira

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!