Le message est clair: le combat continue. À l’issue d’une réunion avec des représentants du mouvement sportif et des associations LGBT, Rama Yade a présenté, hier, lundi 17 mai, un plan qui élargit encore la lutte contre l’homophobie dans le sport: « Nous n’avons pas terminé dans le sport, a déclaré la secrétaire d’État chargée des Sports en cette journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie. Il faut que le message soit porté haut et fort. Il n’y a pas d’insulte juste pour rire. Il y a des mots qui font mal, des mots qui tuent ».

httpv://www.youtube.com/watch?v=U6OiSEuS-RY

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Rama Yade réunit associations LGBT et fédérations sportives

Les six priorités racontent la volonté d’éducation et, au-delà, le souhait de changer les mentalités. Dans ce mouvement, la lutte contre l’homophobie va dépasser les frontières du football, c’est l’une des priorités les plus saillantes du projet: après le football, dix fédérations se sont engagées à signer une charte contre l’homophobie: les instances du tennis, du rugby, du rugby à 13, du karaté, de la lutte, du judo ou encore du basket, a indiqué Rama Yade.

FORMATION ET FINANCEMENT
Un module de sensibilisation à la lutte contre l’homophobie existera désormais dans la formation des éducateurs sportifs à l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance, l’Insep, qui va changer son règlement intérieur pour y inscrire la lutte contre l’homophobie. Un geste « significatif dans le paysage sportif français », a indiqué Thierry Maudet, directeur général de l’établissement, à l’issue de la réunion à laquelle ont notamment assisté Pascal Brèthes, président de l’association Paris Foot Gay, Alain Cayzac, son président d’honneur, Bruno Aussenac, président de la Fédération sportive gaie et lesbienne (FSGL), Jean-Claude Skrela, directeur technique national de la Fédération française de rugby, Francis Didier, président de la Fédération française de karaté, Louis-Georges Tin, président du Comité Idaho, ou encore Bartholomé Girard, président de SOS homophobie.

Le Centre national pour le développement du sport (CNDS) va débloquer 100000 euros pour la lutte contre l’homophobie. Une enquête sur la réalité de l’homophobie va être réalisée en collaboration SOS homophobie. SOS homophobie dont le numéro d’écoute sera relayé au sein du mouvement sportif.

GARETH THOMAS, UN ALLIÉ DE POIDS
Rama Yade, qui a déjà montré son implication dans la lutte contre l’homophobie lorsqu’elle était secrétaire d’État aux Droits de l’homme (la reconnaissance par la France du la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie et l’énoncé conjoint présenté à l’ONU sur la dépénalisation universelle de l’homosexualité en 2008, le Congrès mondial sur les droits de l’Homme, l’orientation sexuelle et l’identité de genre en 2009 etc.), n’a pas arrêté son effort en arrivant au secrétariat d’État aux Sports, en juin 2009. Elle avait intensifié la réflexion après l’affaire Paris Foot Gay-Créteil Bebel à l’automne 2009 ou encore les dérapages verbaux de Louis Nicollin, président du club de Montpellier. Enfin, Rama Yade a trouvé un allié de poids dans le combat: Gareth Thomas a accepté d’être l’ambassadeur du plan d’action annoncé. Le rugbyman, qui a fait son coming-out en décembre 2009 pourrait être rejoint par Amélie Mauresmo, elle aussi sollicitée par la secrétaire d’État.

Le secrétariat d’État aux Sports a mis en ligne plusieurs vidéos de la conférence de presse. Retrouvez donc ci-dessous Rama Yade et Pascal Brèthes, Thierry Maudet et Louis-Georges Tin.


Rama YADE « lutte contre l’homophobie »
envoyé par secretariatdetatauxsports


Thierry Maudet « lutte contre l’homophobie »
envoyé par secretariatdetatauxsports


Louis-Georges TIN « lutte contre l’homophobie »
envoyé par secretariatdetatauxsports

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!