array(27) { ["SERVER_SOFTWARE"]=> string(6) "Apache" ["REQUEST_URI"]=> string(111) "/2010/05/17/le-gouvernement-doit-siffler-la-fin-de-la-partie-pour-les-homophobes-par-christophe-martet-de-yagg/" ["REDIRECT_STATUS"]=> string(3) "200" ["HTTP_HOST"]=> string(8) "yagg.com" ["HTTP_X_REAL_IP"]=> string(14) "68.180.228.161" ["HTTP_X_FORWARDED_FOR"]=> string(14) "68.180.228.161" ["HTTP_CONNECTION"]=> string(5) "close" ["HTTP_ACCEPT"]=> string(3) "*/*" ["HTTP_USER_AGENT"]=> string(83) "Mozilla/5.0 (compatible; Yahoo! Slurp; http://help.yahoo.com/help/us/ysearch/slurp)" ["PATH"]=> string(28) "/usr/local/bin:/usr/bin:/bin" ["SERVER_SIGNATURE"]=> string(0) "" ["SERVER_NAME"]=> string(8) "yagg.com" ["SERVER_ADDR"]=> string(9) "127.0.0.1" ["SERVER_PORT"]=> string(2) "80" ["REMOTE_ADDR"]=> string(14) "68.180.228.161" ["DOCUMENT_ROOT"]=> string(32) "/home/yagg/public_html/yagg.com/" ["SERVER_ADMIN"]=> string(18) "[no address given]" ["SCRIPT_FILENAME"]=> string(41) "/home/yagg/public_html/yagg.com/index.php" ["REMOTE_PORT"]=> string(5) "40211" ["REDIRECT_URL"]=> string(111) "/2010/05/17/le-gouvernement-doit-siffler-la-fin-de-la-partie-pour-les-homophobes-par-christophe-martet-de-yagg/" ["GATEWAY_INTERFACE"]=> string(7) "CGI/1.1" ["SERVER_PROTOCOL"]=> string(8) "HTTP/1.0" ["REQUEST_METHOD"]=> string(3) "GET" ["QUERY_STRING"]=> string(0) "" ["SCRIPT_NAME"]=> string(10) "/index.php" ["PHP_SELF"]=> string(10) "/index.php" ["REQUEST_TIME"]=> string(10) "1461927970" }
Égalité des droits, Opinions & Débats, Société | 17.05.2010 - 16 h 00 | 0 COMMENTAIRES
  • cardinal bertone
  • gay lib
  • gay pride
  • homophobie
  • journée mondiale contre l'homophobie
  • kiss-in gay
  • mariage et adoption
  • sarkozy égalité des droits

« Le gouvernement doit siffler la fin de la partie pour les homophobes », par Christophe Martet, de Yagg

Publié par
Face au déchaînement de violence homophobe, il est temps de répondre avec l'arme politique. Une tribune de Christophe Martet, de Yagg.

Depuis plusieurs semaines, les autorités religieuses ont multiplié les déclarations injurieuses vis-à-vis de la communauté homosexuelle. Le 12 avril dernier, le numéro 2 du Vatican, le cardinal Tarcisio Bertone, associait dans la presse chilienne pédophilie et homosexualité. Un mois plus tard, à Fatima, le pape Benoit XVI classait le mariage des couples de même sexe et l'avortement parmi "les défis les plus insidieux et les plus dangereux”.

DEUX MILLE ANS QUE ÇA DURE
Quelques semaines? Ça fait 2000 ans que ça dure. Preuve s'il en était besoin que des hommes qui aiment les hommes et des femmes qui aiment les femmes ont vécu et se sont aimés avant la naissance de Jésus, de Mahomet ou de Bouddha, les principales religions monothéistes ont fait de l'homosexualité un des pires maux. La religion est une croyance. Dans la République laïque qu'est la France, les croyants sont libres de vivre leur foi. Mais au nom de la religion, personne n'est fondé à réclamer, comme le font des groupes extrémistes catholiques, une part de l'espace public comme leur appartenant, au motif qu'un bâtiment religieux y est érigé.

L'homosexualité est aussi vieille que le monde. Il n'est pas question ici de croyance. Les homosexuels n'ont pas à se justifier et ils ne veulent convaincre personne de les "rejoindre". Depuis juin 2009, c'est au nom de l'amour qu'ils se portent que des hommes et des femmes homosexuelles (mais pas seulement) organisent régulièrement des kiss-in (la vidéo du premier kiss-in filmée par Yagg), qui ne durent pas plus de 5 minutes.

UNE ACTION POLITIQUE
Les organisateurs, qui se défendent d'être militants, savent cependant très bien ce que cette action a de politique. Montrer cet amour-là en public dérange, agace, surprend, fait aussi avancer les choses. Mais par deux fois, un kiss-in organisé sur une place publique a provoqué l'ire des extrémistes catholiques, qui ont réussi à les empêcher. À Paris, sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame, la tentative de s'embrasser malgré tout a même failli dégénérer en affrontement (voir la vidéo du rassemblement).

Une petite digression s'impose. Ce fut une erreur de la part de Bertrand Delanoë de renommer cette place, un espace public comme un autre, du nom de Jean-Paul II. C'est au nom de la défense de "leur place", qui porte le nom de "leur" pape, que des extrémistes catholiques y ont menacé de casser du pédé. À Lyon, le week-end dernier, la préfecture a préféré prévenir tout incident, en exigeant que les organisateurs du kiss-in reportent la manifestation sur la place Saint-Jean au mardi 18 mai.

LA CATHOPHOBIE, ÇA C'EST UN ANGLE!
Homos contre cathos, c'est ainsi que certains chroniqueurs s'emparent du sujet. Parler des pendaisons d'homosexuels en Iran, ça n'est pas très vendeur. Brandir la "cathophobie", ça c'est un angle! Bruno Roger-Petit, bloggeur sur Le Post.fr (548 posts au compteur), a franchi le pas en écrivant: Des militants gays font-ils de la cathophobie au nom de la lutte contre l'homopbobie?

Bruno Roger-Petit donne lui-même la réponse. Je cite: "Dans le fond, il est regrettable que des activistes gays, au nom de la lutte pour l'extension des droits civils les concernant, inventent aujourd'hui une "cathophobie" aussi détestable que l'homophobie dans la mesure où cette "cathophobie" repose sur les mêmes fondements: la haine de la différence, le rejet de l'autre, le refus du dialogue. L'intolérance en somme, le tout incarné par des Harvey Milk de série Z".

Comparer une supposée "cathophobie" à l'homophobie bien réelle et les renvoyer dos à dos, c'est cela le nouveau franc-parler, la nouvelle frontière de l'information à l'ère d'internet? Non, les homos ne sont pas particulièrement haineux envers l'Église catholique, mais ce qui a changé depuis quelques années, c'est qu'ils revendiquent leurs droits et ne tendent plus l'autre joue lorsqu'on les agresse.

Print This Post
 
LES réactions (0)

Les commentaires sont fermés