Nous vous annoncions, les 9 et 18 février dernier, la sortie prochaine d’un livre-débat sur l’homophobie pour le moins étonnant, mêlant les contributions de Christine Boutin, d’Henry Chapier et de Franck Chaumont, l’auteur d’Homo-ghetto sur l’homosexualité dans les cités. C’est Christine Boutin, elle-même, qui s’était enorgueillie de sa contribution à cet ouvrage début février dans une interview à France Soir.

Nous avons, depuis, reçu les dernières épreuves de ce livre, qui devrait sortir le 3 juin prochain. Les extraits et remarques formulés et discutés ci-dessous concernent donc les épreuves du livre reçues trois semaines avant la publication de celui-ci. La fiche qui accompagne les épreuves annonce « un casting étonnant! », c’est le moins que l’on puisse dire. Nous avions cherché à savoir en février ce qui justifiait ce casting. Le journaliste Xavier Rinaldi, qui a organisé les trois entretiens, orienté les débats et supervisé le livre, nous assurait alors de l’intérêt du point de vue de Christine Boutin dans un livre sur l’homophobie, nous promettant également quelques bonnes surprises. Malheureusement, après avoir minutieusement parcouru les interventions de la présidente du Parti chrétien démocrate, nous cherchons encore.

Le livre est divisé en trois parties, chacun des trois participants disposant de son tiers de livre. Les interventions se font dans l’ordre suivant: Christine Boutin, Henry Chapier et Franck Chaumont. Les questions posées par Xavier Rinaldi sont différentes pour chaque intervenant.

LE TITRE, PREMIÈRE PROVOCATION?
La première provocation flagrante est le titre: Les homosexuels font-ils encore peur?, un peu dérangeant, c’est le moins que l’on puisse dire… Le choix aurait pu se porter sur L’homophobie existe-t-elle encore?, le sens aurait été le même, pas les mots. Notons que la maison d’édition Mordicus qui édite l’ouvrage, avait consacré un précédent livre à l’antisémitisme en novembre 2009, intitulé Les Français sont-ils antisémites?, et ne se serait certainement pas permis le titre Les juifs font-ils peur?.

La deuxième provocation, qui associée à la première produit un effet franchement malsain, est le choix du tout premier intervenant. La légitimité de Christine Boutin à s’exprimer sur la persistance de l’homophobie en France, puisque c’est bien de cela qu’il s’agit, est plus que discutable: elle qui est partie en croisade depuis plus de dix ans contre les droits LGBT et qui ne cesse depuis de saupoudrer ces idées homophobes un peu partout où elle passe.

« GARDIENNE DES VALEURS MORALES »
La légitimité de sa présence ne devait pas être si évidente que cela, puisque Xavier Rinaldi choisit de consacrer un gros paragraphe de son introduction à la justifier. Il nous présente ainsi Christine Boutin comme une intervenante crédible et raisonnable pour parler d’homophobie et de droits LGBT: « Se posant comme gardienne de valeurs morales, nous ne pouvions pas écrire ce livre sans son point de vue », écrit-il, s’offrant au passage une anacoluthe.

Et de continuer: « À l’époque, il était quasiment impossible d’entendre son point de vue sur le pacs autrement que par de petites phrases prononcées à la va-vite sur des plateaux de télévision ou dans des studios de radio. Aujourd’hui, Christine Boutin a posé son discours et veut lever certains malentendus (…) elle pose une alternative raisonnée ». Première surprise. Christine Boutin aurait ainsi été manipulée par les médias et n’aurait eu depuis le pacs la possibilité d’exprimer son « discours posé »?

Christine Boutin a pourtant été invitée très régulièrement ces dernières années sur de nombreux plateaux de télés et émissions de radios, où on lui a accordé semble-t-il bien plus que quelques minutes pour s’exprimer « à la va-vite ». Ces derniers mois, par exemple, elle ne s’est pas privée de commentaires sur des sujets tels que le projet de film d’animation Le Baiser de la Lune, le statut du beau-parent, le « lobby gay », etc. Pour ne prendre qu’un exemple, elle s’exprimait en octobre dernier dans une longue interview sur France Info, et déclarait « les homosexuels n’ont besoin ni d’un mariage ni d’un pacs, ils veulent vivre entre eux! ». Nous prendrait-on dès l’introduction du livre pour des idiots?