Ça y est, c’est parti: 12 jours (et 12 nuits!) d’immersion totale pour Yagg à Cannes. Un concentré du 63e Festival de Cannes, avec des choix (le film du jour), des invités (un café avec…) et des gossips (les buzz de la Croisette). Le tout drivé par notre envoyé spécial, Franck Finance-Madureira (photo ci-contre).

LE FILM DU JOUR
Tournée, de Mathieu Amalric (compétition officielle): Homme/Femmes, mode d’emploi
La course à la palme a été officiellement lancée hier soir, jeudi 13 mai, et de la plus belle manière, par le film du comédien Mathieu Amalric. Celui-ci nous plonge dans le quotidien d’une troupe de New burlesque, cet art de l’effeuillage qui se veut drôle, étonnant, musical et avant tout conçu « par les femmes pour les femmes ». Et ce qu’il nous dit de cette tournée un peu pathétique, de ce producteur raté qu’il interprète et de sa troupe composée majoritairement de femmes américaines toutes en courbures, en seins et en cul, est assez réjouissant.

Quelle belle idée que de faire appel à cet art féministe du New burlesque pour traiter des évolutions des rapports hommes/femmes sans tomber dans la démonstration postzemmourienne. Amalric ne s’est pas gâté en endossant le costume de ce producteur falot, râleur, à la masculinité en berne. C’est un producteur nase, un père en dessous de tout, un mauvais frère et un sale con. Face à lui, les femmes sont représentées par LA femme: Miranda Colclasure, alias Mimi Le Meaux, stripteaseuse californienne de son état, crève l’écran! Chacune de ses apparitions fait sourire et bouleverse à la fois. Comme le disait une journaliste israélienne à la sortie de la projection: « Marilyn is not dead! ». Une Marilyn XXL, magnifique et fascinante, qui apporte au film de réels moments de grâce.

Sortie en salles le 30 juin.

La bande-annonce:

Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Bande-annonce de Tournée de Mathieu Amalric.

UN CAFÉ AVEC… MARIE SAUVION
Marie Sauvion est journaliste ciné pour Le Parisien et participe régulièrement au Cercle de Canal+ aux cotés de Frédéric Beigbeder. Elle est folle de Georges Clooney, adore les films où deux garçons s’embrassent et finit ses soirées cannoises au Zanzibar [le bar gay de Cannes, ndlr]. Trois bonnes raisons de lui poser deux questions.

Qu’est-ce qui t’as excitée quand tu as découvert la sélection du Festival? De prime abord, j’ai trouve ça un peu terne par rapport à l’année dernière où il y avait du grand cinéma. En même temps, mon goût me porte plutôt vers un cinéma grand public et, sans chauvinisme aucun, j’étais très intéressée par la sélection française. Et du coup, le film d’Amalric m’a vraiment plu: culotté, imparfait, avec un côté plus John Waters que Fellini. Et Mimi Le Meaux est ma nouvelle idole!

Toi qui aimes tant les films LGBT, tu as repéré quelque chose dans les sélections? Il y en a beaucoup moins que l’année dernière qui était vraiment une année excitante de ce point de vue! Mais j’ai très envie de voir le nouveau film de Xavier Dolan (Les Amours imaginaires, présenté à Un Certain Regard). Il m’avait à la fois amusée et agacée avec son premier film, le côté « ado-tête à claques » est merveilleux! Et puis du ciné un peu fauché fait par un mec de 20 ans, dans le plus grand festival du monde, je trouve ça génial!

LE BUZZ DE LA CROISETTE: DÉJÀ UNE PALME D’OR?!
Alors que le débat sur les apéros Facebook géants agite la France, ici, en principauté cannoise, l’apéro géant, c’est tous les soirs et c’est sur invitation qu’on récolte les bruits, les verres et les rumeurs.

Le buzz du jour vaut son pesant de palmette: la Palme d’or serait déjà acquise à Mathieu Amalric, rien de moins après, euh… un film en compet’! On dit partout que Tim (Burton, président du jury, mais ici on dit simplement « Tim », souvenez-vous en car on risque d’en reparler!) aurait adoré le film et ceci suffit amplement à annoncer cela… Ça, c’est tout Cannes!

Textes et photo (Marie Sauvion) Franck-Finance Madureira

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!