L’association SOS Homophobie publie, comme chaque année, à l’approche de la Journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie, son Rapport sur l’homophobie. Celui-ci sera disponible pour le public le 17 mai prochain (liste des points de ventes et lecture gratuite sur le site de SOS homophobie).

Depuis 1997, le rapport annuel de l’association est devenu un ouvrage de référence pour dresser l’état des lieux de l’homophobie dans notre pays.

Retrouvez ci-dessous la vidéo du lancement du rapport 2010 de SOS homophobie, mardi 11 mai:

Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Rapport SOS homophobie 2010.

FORT DÉVELOPPEMENT SUR INTERNET
Cette année, ce 14e rapport de l’association se fonde sur l’ensemble des 1259 témoignages reçus en 2009. Au travers de l’analyse de 20 thèmes, il montre que l’homophobie est toujours bien présente en France. Il rappelle la permanence de l’homophobie dans le milieu familial et professionnel, dans le voisinage, dans les lieux publics, ainsi que son fort développement sur internet.

SOUS-REPRÉSENTATION DES TÉMOIGNAGES DE LESBIENNES
L’association regrette l’extraordinaire stabilité dans le nombre de témoignages et la persistance des agressions physiques violentes qui restent encore très importantes. Autre point important: la sous-représentation des témoignages de lesbiennes. Elle rappelle enfin l’immobilisme de la France en terme d’avancée des droits cette année.

Pour la première fois, SOS homophobie a souhaité donner la parole, dans son rapport, à d’autres acteurs de la société, concernés eux aussi par la lutte contre l’homophobie. À la fin de chaque chapitre thématique, l’association a demandé un point de vue à un sociologue, une géographe, une association LGBT, etc., afin d’amener un éclairage qui ne soit pas celui de SOS homophobie et qui permette de renforcer ce rapport pour qu’il devienne un véritable outil d’analyse et de réflexion.

Le rapport ajoute également cette année deux nouvelles thématiques: une spécialement dédiée à la transphobie et une seconde sur la situation plus générale de l’homophobie dans le monde.

LANCEMENT D’UN SITE DÉDIÉ AUX ADOS
Enfin, l’association évoque le lancement le 17 mai prochain d’un site internet dédié aux ados, où ils trouveront des informations simples et adaptées.

La publication de ce rapport est aussi l’occasion pour l’association de rappeler son rôle tout au long de l’année. SOS homophobie, qui compte près de 130 membres actifs, travaille notamment régulièrement avec la Halde. Elle propose une aide aux victimes d’homophobie à travers une ligne d’écoute et une boite mail pour recueillir les témoignages et une commission de soutien personnalisé aux victimes.

Elle développe également un pôle prévention, s’occupe de campagnes de sensibilisation dans les lycées. L’association milite, recense et analyse l’homophobie, à travers son rapport annuel, mais aussi à travers d’autres enquêtes telles que l’enquête sur la lesbophobie en 2008 et sur l’homophobie dans l’Éducation nationale en 2005. Enfin, SOS homophobie se porte parfois partie civile dans des procès, ce sera notamment le cas dans le prochain procès sur les agressions homophobes et transphobes du kiss-in de Notre-Dame.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!