Ce lundi 3 mai, après 5h30 de train pour rentrer d’un petit week-end sur Lyon avec des amis, quelle ne fut pas ma surprise en me connectant sur Yagg voir les news (passage obligé!) de constater que j’étais encore le seul inscrit pour le concert de Mika et qu’un petit message de Judith Silberfeld m’attendait, me demandant, si je le souhaitais, de faire un petit post pour parler du concert!

Bref, vu que ça fais déjà quelques jours semaines que je me tâte (pas trop quand même sinon ça fais de l’effet!) à écrire un/plusieurs post, mais que j’ose pas me lancer, un sujet plus ou moins neutre et pas trop personnel comme un concert de Mika va me permettre de me lâcher un peu et de faire mes premiers pas en tant que posteur sur Yagg.

Bref, je rassure tout de suite tout le monde, je ne suis pas un superfandelalifequituetout, Mika j’aimais pas quand c’est sorti, je ne suis pas du genre à aduler un truc qui braille non stop, même s’il est gay! Puis avec le temps (et le second album aidant), j’ai appris à apprécier un peu plus et c’est donc en regardant les prochains concert sur Strasbourg avec mes collègues qu’on a décidé de ptet y faire un saut!

Bref voilà le topo, je ne suis pas un super fan, j’aime bien, mais sans plus, je ne connais pas les paroles, et je m’attends à un concert sympa mais rien d’extraordinaire!

Arrivée au pot de yaourt pêche (le Zénith de Strasbourg) vers 18h30, et à 45 déjà dans la salle, à moitié pleine. Il va falloir attendre… Je m’attendais à tomber sur tataland, ou le remake d’un concert de Mylène, mais en fait non, ya que des couples hétéros, des bande de potes, 2/3 vieux qui savent pas trop ce qu’ils font la, et pas mal de gamins… Juste quelques pas devant moi un ptit couple gay assez mimis, rien d’affolant quoi. Me serais-je trompé de concert?

19h55 la salle (enfin pleine) commence à clamer « MIKA MIKA MIKA »… bref c’est la bonne salle, et là je m’interroge, « mais qui fait la première partie? ». Réponse à ma question à 20h pétantes avec un ptit brin de gonzesse en robe noire suivie de deux gars qui s’avance au micro et salue la salle. La Panthère Rose? [La patère rose, ndlr] c’est leur nom, un ptit groupe de Montréal qui va nous occuper pendant que Mika se fais interviewer par une radio locale (pitié pas radio dreyeckland). Musique entrainante, assez calme au début avec quelques « brin de folies », la salle est relativement morte… Ils tentent une ptite reprise de chanson française avec Le tourbillon de la vie pour nous réveiller mais ça ne marche qu’à moitié. À leur place j’aurais eu qu’une envie, me sauver en hurlant! Ils ont quand même persévéré presque ¾ d’heure, bravo à eux!

S’en suit un petit interlude musical, le temps de remballer le matos des canadiens, ptit retour en arrière un medley très rétro. J’ai eu l’impression de me retrouver dans une boite gay à une soirée TOP 50. Femmes des années 80 de Sardou, du Bronski Beat, 2-3 perles qui font bouger un peu les gens, bref sympa, pis au milieu, Yelle, Je veux te voir, sympa pour les gamins dans la salle, on leur a refait toute leur éducation sexuelle! Un ptit coup de Michael Jackson avec Billie Jean et quelqu’un qui crie « he’s aliiiiive! ». Bref ambiance de la folie! La salle commence à s’impatienter, on a mal aux pieds à force de pas bouger, 21h presque 10, la lumière s’éteint enfin, début du concert, la salle hurle, ça commence bien!

Des trucs, machin, habillés bizarrement (costume et robes noir et blanc à rayures horizontales, verticales, en diagonale, à pois…) entrent en scène, et s’activent devant ce qui semble être une télé (genre made in 1920…). Sur le fond de la scène, un écran (qui ressemble plus à une lune) où l’image de la TV s’affiche, les infos, avec…

Gandalf au concert de Mika - Strasbourg © sinisalo Yagg

surprise, GANDALF HIMSELF qui nous annonce un truc en anglais (vu que je suis une brèle en langues, je ne vais pas tenter de vous le traduire). De ce que j’ai compris, une fusée part pour la lune, avec… tadaaaam, Mika dedans! Et pis, bah la fusée explose, et Mika se retrouve perdu dans l’espace… Scénario catastrophe, le concert ne va pas avoir lieu! Mais en fait si, c’est juste pour annoncer l’entrée de notre « héros » sur scène, qui débarque en « volant » dans un costume d’astronaute (avec chaussures à paillettes). Mika atterrit sur la scène, enlève son casque (et la moitié de son costume spatial) et là…

Mode ado prépubère on:

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaa
Il est boooooooooooooooooooooooooooooo!!!!!!! Mikaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

Mode ado prépubère off:

Un très très très charmant jeune homme à moitié déshabillé sur scène qui nous irradie d’un magnifique sourire, je suis scotché! Et le concert commence! Fin de la première chanson, notre bel éphèbe nous annonce la couleur, « on est lundi c’est ça? Bah à la fin de la soirée vous aurez l’impression d’être vendredi soir! » Le ton est donné!

concert de Mika - Strasbourg © sinisalo Yagg

Il saute, il coure, il crie, il chante, il danse, il ne reste pas en place plus de 3 secondes (sympa les photos floues!) c’est vivant, coloré, chaud, j’ai l’impression de me retrouvé coincé dans un dessin animé! (enfin sauf qu’avec ma chance légendaire ya Shrek devant moi qui me cache la moitié de la scène… un rugbyman géant, avec un polo vert… vive la fosse!)!

Les chansons se suivent et s’enchainent sans répit, on est embarqué dans une espèce de bulle de folie qui nous prend tous, les couleurs jaillissent de partout, c’est fluide, beau, vivant!

concert de Mika - Strasbourg © sinisalo Yagg

Tout le monde danse, chante, crie, même si on ne connait pas les paroles, on braille avec!

On a droit à un petit moment d’intimité avec un chanson (magnifique) qu’il a écrite à ses 15 ans (si je dis pas de bêtises c’est la chanson bonus du premier album), tout simplement magique.

D’un coup, une de ses choristes arrive par le dessous de la scène, dans une robe bleue nuit étoilée, et se met à chanter un air d’opéra, l’air de la Reine de la Nuit de La flûte enchantée. J’en ai encore des frissons partout!

concert de Mika - Strasbourg © sinisalo Yagg

Petite pause, Mika nous demande une faveur, c’est l’anniversaire de sa sœur, qui a fais les costumes et les décors, il a juste le temps de demander au régisseur de « record this thing » que nous entamons donc « Joyeux anniversaire »!

Le concert se continue, il tue ses musiciens (en noir et blanc), pour qu’ils reviennent tous bariolés comme à carnaval, le final est grandiose, des couleurs partout, des confettis, des ballons qui sautent partout, des rubans, des gens costumés sortis d’on ne sait où sur scène. Bref c’est tout simplement merveilleux!

Fin du concert 23 heures presque 30! Tout simplement magique, même si on n’aime pas forcément les chansons on ne peut que s’amuser!

Conclusion, j’irai au prochain!

concert de Mika - Strasbourg © sinisalo Yagg

Retrouvez ce post et d’autres photos sur la communauté Yagg.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!