L'affiche de "Mourir comme un homme"

Dans un communiqué publié hier, mercredi 28 avril, le Centre LGBT Paris IdF fait état d’une agression dont ont été victimes les comédiennes trans’ du film Mourir comme un homme ainsi que son distributeur, Daniel Chabannes, d’Épicentre Films.

Les faits se sont déroulés la veille, mardi 27 avril, entre 16h et 17h, près du Parc de Belleville, dans le XIXe arrondissement, à Paris. Mourir comme un homme, le nouveau film de João Pedro Rodrigues, est sur les écrans depuis mercredi (lire notre article).

INSULTES, JETS DE PIERRES ET DE BOUTEILLES VIDES
Le communiqué raconte que les deux comédiennes et Daniel Chabannes « se promenaient quand trois individus les ont harcelés en proférant des insultes homophobes et surtout transphobes. Ils ont notamment affirmé que « les transsexuels étaient interdits dans le quartier ». Ils leur ont jeté des pierres et des bouteilles vides et les ont poursuivis jusqu’au véhicule du producteur [Daniel Chabannes, ndlr] qu’ils ont alors dégradé. Excédé, Daniel Chabannes est allé à leur rencontre pour leur demander de cesser leurs exactions, les trois hommes l’ont bousculé et lui ont volé son portable. Il y avait des témoins, personne n’a réagi ».

Le communiqué précise que Daniel Chabannes a porté plainte et qu’il souhaite témoigner auprès de SOS homophobie.

Le Centre LGBT Paris IdF conclut en interpellant le ministère de l’Intérieur (« sur le territoire de la République, les droits humains doivent être respectés et garantis à tout moment et pour chacun ») et « demande que les agresseurs soient arrêtés et jugés comme il se doit ». Il rappelle également qu' »il serait opportun d’agir avant que les individus ne se sentent en droit de commettre des actes homophobes, lesbophobes ou transphobes et ceci implique que dès le plus jeune âge, les valeurs de respect et d’égalité soient enseignées; c’est aussi le rôle de l’éducation nationale ».

[Mise à jour le 29 avril 2010 15h30] Contacté aujourd’hui par téléphone, Daniel Chabannes nous apprend qu’ils étaient en fait cinq au moment de l’agression: João Pedro Rodrigues, le réalisateur du film, João Rui Guerra da Mata, le directeur artistique, Jenny Larrue et Cindy Scrash, deux comédiennes du film et lui-même. Daniel Chabannes a prévu de contacter la Halde cet après-midi.

[Mise à jour le 29 avril 2010 17h50] Dans un communiqué, le Syndicat national des entreprises gaies (Sneg) « fait part de son émotion et de sa consternation après l’agression dont ont été l’objet, mardi dernier à Paris, cinq membres de  l’équipe du film « Mourir comme un homme ». Le Sneg apporte son soutien à Daniel Chabannes, « dénonce […] ce climat d’intolérance et d’agressivité en pleine recrudescence en direction des LGBT » et le syndicat réclame « une meilleure action et vigilance des autorités de police, un renforcement des sanctions par la justice et en amont, une éducation incluant dès le plus jeune âge, les notions de respect d’autrui. »

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!