Terrains de jeux propose cette semaine un petit glossaire pour mieux comprendre le drôle de petit monde du sport.

Barrage (1). Aucune retenue: ce terme, c’est le plus souvent un truc du genre « Tremblez carcasses! ». Ainsi la rencontre de barrage en Fed Cup entre la France et l’Allemagne à Francfort.

La France qui a perdu le premier tour du groupe mondial en février contre les États-Unis doit contenir les assauts de l’Allemagne qui s’est qualifiée pour avoir le droit d’espérer de l’élite. C’est simple. L’équipe qui gagne reste dans le groupe mondial, la première division. À celle qui perd, la deuxième division.

Cinq matches sont programmés, quatre simples et un double. Il faut en remporter trois. Face aux Allemandes Andrea Petkovic, Tatjana Malek, Kristina Barrois et Julia Goerges, Pauline Parmentier, Aravane Rezai et Alizée Cornet forment une équipe « new look », emmenée par Aravane Rezai qui fait ses premiers pas dans la compétition après l’avoir boudée. Pour les Françaises, loin des étincelles d’Amélie Mauresmo et de Nathalie Dechy, vaillants grands soldats de la Fed Cup aujourd’hui à la retraite, l’heure est grave. Une défaite précipiterait l’équipe dans la deuxième division pour la première fois depuis la création de la Fed Cup en 1963.

Dans le groupe mondial, les demi-finales opposent les États-Unis à la Russie et la Belgique à la République tchèque.
Allemagne-France, sur France 4 et Sport+, à partir de 13h.

Barrage (2). Moins drama, tout aussi important pour la vie d’un club, la nouvelle formule du Top 14. En cette dernière journée du championnat de France de rugby, deux clubs seront qualifiés directement pour les demi-finales et quatre devront s’arracher les deux dernières places. Bien plus difficile que de trouver des places pour les concerts de Lady Gaga à Paris. Le Racing Métro est qualifié pour les barrages, cela suffit au bonheur de ce club qui évoluait en deuxième division en 2008-2009.

Pour les cinq autres, Toulon le premier et ses poursuivants Perpignan, Clermont, Castres et Toulouse, c’est deux fauteuils pour cinq. Pour les trois autres, barrages.
Tous les matches en simultané, sur Canal+, à 16h25.

Buzzer. Internet, Facebook, réseaux sociaux, rumeurs, capillarité, Twitter, Question pour un champion, blogs. PAS DU TOUT! Le buzzer, c’est cette sonnerie qui fait haaaaaaaaaan lors des matches de handball, de hockey ou de basket, notamment. Elle marque la fin d’une mi-temps, d’un quart-temps, d’un match. En basket, le haaaaaaaaaan peut être synonyme de grand spectacle. Ainsi lors des play-offs de la NBA, Paul Pierce a permis aux Celtics de Boston de s’imposer (100-98) face aux Miami Heat, marquant un dernier panier alors que le buzzer retentissait. Boston mène par trois victoires à zéro, il lui en faut une quatrième pour se qualifier pour les demi-finales de la conférence Est, il réaliserait alors le sweep, victoire sans défaite.
Chicago Bulls-Cleveland Cavaliers, sur Sport+, dimanche, à 21h.

Choc. Le sport en est friand: en cette dernière journée du Top 14, Toulouse, cinquième donc, reçoit Castres, le quatrième.
Sur Canal+, à 16h25.

Longoria. Ok, entrée capillotractée (tirée par les cheveux). Mais j’aime bien cette publicité d’Eva Longoria, plus jolie que jamais, avec Victoria Beckham. C’est quoi l’histoire? Elles sont toutes les deux mariées avec des sportifs, Tony Parker et David Beckham (ok, j’arrête).

http://www.youtube.com/watch?v=XMWFNIG28Lk&feature=player_embedded

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez ici.

Maintien. Nous sommes ici très loin de la leçon de maintien de Julie Andrews à Anne Hataway dans Princesse malgré elle – comment, la scène où cette dernière tombe de sa chaise ne vous fait pas rire? En sport, le maintien est plutôt question de survie. En football, ce soir, c’est, par exemple, la mission du Mans qui reçoit Lille dans le championnat de France de Ligue 1.

Vingt clubs disputent le championnat (pour tout comprendre, (re)lire Terrains de Jeux du 8 août 2009). Au terme des 38 journées, les trois derniers du classement sont relégués en Ligue 2. C’est déjà le cas de Grenoble, Le Mans est 18e et Boulogne 19e. Les clubs ne perdent pas souvent espoir de s’en sortir. On entend alors des mots comme « courage », « reconquête », « morts de faim ». J’aime bien aussi « la glorieuse incertitude du sport ».
Multiplex radio, à partir de 19h.

Passation de pouvoir. Incertitude, hasard ou encore le hasard fait bien les symboles… En cette dernière journée, une rencontre entre les deux clubs parisiens: le Stade Français reçoit le Racing Métro. Les stadistes de Mathieu Bastareaud et de Sylvain Marconnet ont vécu une saison terne. Quatre fois champion de France dans la décennie 2000-2009, le Stade a cédé le pas. Frais émoulu dans l’élite, jouissant d’une équipe cousue pour la gagne avec Sébastien Chabal, Lionel Nallet ou François Steyn qui ont brillé tout au long de la saison, le Racing Métro retrouve son lustre d’antan. Ok, pour les quadras: ce sont eux qui disputèrent la finale du championnat de France 1987 en arborant des nœuds papillons avant de devenir champions de France en 1990.
Sur Canal+, à 16h25.

Surprise. C’était hier soir. Une équipe épatante qui n’en finit pas de faire les beaux jours de la Ligue 2: Arles-Avignon a battu Metz (2-1). Promu en deuxième division en 2009, le club a gagné la chance d’espérer de la Ligue 1. Tellement méritée: les Provençaux ont passé la saison en jouant leur football avec gourmandise, une insolence malicieuse et une belle patate. Hier soir, ils ont marqué le but de la victoire à la 91e minutes dans le temps additionnel.

En juin 2009, la direction nationale de contrôle de gestion de la ligue professionnel avait d’abord refusé l’accession car le club, alors juste arlésien, ne répondait pas aux normes de la Ligue 2 (joueurs professionnels, capacité du stade…). Le club avait fusionné avec celui d’Avignon, réunit un budget suffisant et évolué dans une enceinte de près de 8000 places. Le voici aux portes de l’élite. En sport, cela s’appelle une belle histoire. Bon week-end.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!