Jusqu’au début de l’année 2010, le terme « marketing » n’avait pas sa place à France Télévisions. Le groupe semble avoir fait un pas de géant en communication, puisqu’on y parle désormais de « marketing affinitaire ».

À l’instar de la BBC il y a peu (lire notre article), France Télévisions a décidé d’aller à la rencontre de son public pour mieux comprendre ses attentes. C’est ainsi qu’était organisée, ce matin, une table-ronde consacrée aux LGBT. Yagg y était, bien sûr.

Faisant suite à une première rencontre sur les cultures urbaines – les 12-25 délaisseraient la télévision au profit du cinéma et d’internet – et avant d’autres tables-rondes sur les personnes en situation de handicap ou les baby-boomers, le rendez-vous de ce vendredi réunissait Bartholomé Girard (SOS homophobie), Vincent Loiseau (Inter-LGBT), Jean-Bernard Geoffroy (Ravad), Natacha Taurisson (Collectif éducation contre les LGBTphobies en milieu scolaire), Catherine Tripon (L’Autre Cercle), Sandrine Fournier (Sidaction), Gilles Wullus (Têtu) et moi-même, pour Yagg, donc. Il ne s’agissait pas à proprement parler d’un débat, plutôt d’une consultation d' »expert-e-s » supposé-e-s représentatifs-ves d’un public LGBT.

« FAVORISER L’ÉMERGENCE D’UNE SOCIÉTÉ DIVERSE »
Comme l’explique Chantal Néret, à qui a été confiée la direction du Marketing affinitaire, « travailler à obtenir une meilleure représentativité des richesses de la population française dans nos programmes, identifier les « blocages » de la société française, comprendre avec ceux qui en sont victimes les mécanismes d’exclusion pour mieux les combattre… Le marketing affinitaire tel que je le conçois ne vise pas à encourager les communautarismes, mais, au contraire, à favoriser l’émergence d’une société diverse, respectueuse des différences ».

L’objectif de la rencontre était de tenter d’identifier les besoins des personnes LGBT (sont-ils les mêmes pour les L, les G, les B et les T?), et de faire ressortir des pistes de travail sur lesquelles France Télévisions pourra s’engager plus avant en matière de fictions, de documentaires, de reportages. Les différent-e-s intervenant-e-s sont tombé-e-s rapidement d’accord sur un certain nombre de points: la nécessité d’une visibilité régulière des personnes LGBT sur les antennes de France Télévisions (la « vulgarisation » a été préférée à la « banalisation »), une représentation positive mais réaliste, qui ne cantonne pas les lesbiennes à un rôle de mères et n’oublie pas non plus les LGBT vieillissant-e-s, des programmes pour tous les âges, y compris pour les enfants dès la maternelle…

DIVERSITÉ AUSSI AU SEIN DU PERSONNEL
L’exemple de Plus belle la vie a été très souvent repris, tant par les invité-e-s que par les représentants de France Télévisions. À noter également que, rebondissant sur une remarque de Catherine Tripon, Stéphanie Seydoux, directrice de la Promotion de l’égalité de la Halde, a encouragé France Télévisions à engager parallèlement une réflexion sur la diversité au sein de son personnel, et à proposer des formations (qui peuvent être dispensées par L’Autre Cercle ou SOS homophobie, par exemple) sur les questions LGBT.

Ce n’est que le début d’une démarche qui devrait se poursuivre avec des ateliers thématiques dès le mois de septembre. Yagg y revient très vite et vous tiendra informé-e-s des évolutions que nous espérons le plus concrètes possibles.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!