Les choix musicaux de l’équipe de Yagg, commentés ci-après. Si vous n’arrivez pas à écouter le player, cliquez ici.

Bénédicte Mathieu: Vive ma liberté, Arno.
Pour cette insolence gouailleuse. Un petit morceau de plaisir.

Yannick Barbe: Week-end à Rome, Étienne Daho.
Parce que mon week-end à Rome a été annulé. Et vous vous doutez bien pourquoi…

Maxime Donzel: Joey, Concrete Blonde.
C’est la chanson qui me rappelle mon premier amour qui s’appelait Joey (tout le monde: « aaawww… »).

Bertrand Mussard: Mon homme, Céline Dion.
Je suis célibataire, depuis trois semaines. Si quelqu’un se reconnaît dans cette description ET si cette personne est de physionomie attrayante, contactez la rédaction qui transmettra!

Dominique Chaudey: La Bambola, Skassa.
Allez comprendre pourquoi, dès que ce morceau commence, toutes les gym-queens italiennes partent en transe et nous font un play-back endiablé sur cette daube… À se pisser dessus!

Audrey Banegas: Here Comes the Sun, Nina Simone.
Ils n’ont pas la V.O. des Beatles sur Deezer, mais je tenais à saluer le retour du Dieu Soleil!

Judith Silberfeld: Où je vais, Amel Bent.
Lio n’aime pas Amel Bent, mais moi si. Et j’assume.

Xavier Héraud: Who Are You New York?, Rufus Wainwright.
Un extrait du nouveau Rufus, très minimaliste…

Christophe Martet: Speak Low, Lotte Lenya.
Vous connaissez sûrement son visage, c’est la méchante espionne soviétique dans Bons baisers de Russie. Écoutez sa voix, beaucoup plus douce. L’amour se chuchote, nous dit-elle. Elle a raison.

Nizar Triki: Downtown Mayors Goodnight, Alley Kids Rule!, You Say Party! We Say Die!
En hommage à Devon Clifford, batteur du groupe, mort ce week-end à l’âge de 30 ans des suites d’une hémorragie cérébrale survenue brutalement en plein concert. Ironie du sort. Choc. Tristesse.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!