France
Égalité des droits, Société | 16.04.2010 - 19 h 31 | 7 COMMENTAIRES
Barack Obama ordonne aux hôpitaux américains de traiter correctement les couples gays et lesbiens
Publié par
Les hôpitaux américains seront bientôt obligés de laisser les patient-e-s désigner les personnes qu'ils et elles souhaitent avoir à leur côté, même sans lien légal.

« Ce n’est pas un droit homo, c’est un droit humain. » C’est ce que répète depuis des années Janice Langbehn, dont la compagne, Lisa Pond, est morte à l’hôpital: Janice et les quatre enfants du couple ont dû attendre l’arrivée de la sœur de Lisa pour avoir l’autorisation d’entrer dans sa chambre.

C’est cette histoire qui a conduit Barack Obama à ordonner aux hôpitaux américains – en tout cas à ceux liés à l’assistance publique, qui sont donc en partie financés par l’argent public – d’autoriser leurs patient-e-s à désigner les personnes qu’ils/elles souhaitent avoir à leurs côtés lors d’une hospitalisation et qui pourront prendre les décisions médicales les concernant, même en l’absence de mariage ou de lien de filiation.

« Tous les jours, à travers l’Amérique, des patients sont privés des attentions et de l’amour de leurs proches en cas d’urgence médicale ou lors d’une hospitalisation prolongée », a écrit le président des États-Unis dans une note destinée à la secrétaire à la Santé et aux services sociaux, Kathleen Sebelius. Le texte met l’accent sur « les Américain-e-s gays et lesbiennes qui se voient souvent interdire d’être au chevet de la personne avec laquelle ils/elles ont peut-être passés des décennies ». Barack Obama a lui-même téléphoné à Janice Langbehn pour lui présenter des excuses pour ce que sa famille et elle ont dû endurer, raconte-t-elle sur son blog et dans la vidéo ci-dessous.

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez ici.

Comme l’a souligné Richard Socarides, l’ex-conseiller de Bill Clinton sur les questions LGBT, cité par le New York Times, cette note ne crée pas de droit nouveau, mais donne  un coup de projecteur « sur les situations très réelles et tragiques auxquelles sont confronté-e)s de nombreux/ses gays et lesbiennes lorsque leur partenaire est hospitalisé-e ».

S’il est évident qu’ouvrir le mariage aux couples de même sexe résoudrait une bonne partie des problèmes auxquels ils sont confrontés, Barack Obama a toujours affirmé que la question n’était pas de son ressort mais de celui des différents États. Et quand un chef d’État prononce ou écrit les mots « gays » et « lesbiennes » dans un autre contexte qu’une comparaison zoophile, c’est toujours bon à prendre.

« La directive du Président est un petit pas en avant, mais un pas bienvenu, a commenté Evan Wolfson, le directeur exécutif de l’association LGBT Freedom to Marry. (…) La note du Président est particulièrement remarquable en ce qu’elle reconnaît la façon unique dont les couples de même sexe sont affectés par la discrimination liée au mariage (…). Bien sûr, le meilleur remède est de mettre fin à l’exclusion du mariage (…). Avancer par à-coups, en se préoccupant d’une protection à la fois, prendra bien plus longtemps que ce que le gouvernement ou les familles américaines ne peuvent se permettre. »

Photo Pete Souza/White House

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!

Print This Post
Avatar de Judith Silberfeld
Publié par
Cofondatrice et rédactrice en chef de Yagg.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (7)
  • Par Paul Denton 16 avr 2010 - 23 H 51

    Ce n’est pas Bush qui aurait eu cette attention :)

     
  • Par panda du siam 17 avr 2010 - 8 H 37

    Cette information venant de la part de Barack Obama me fait vraiment plaisir, c’est une grande preuve d’humanisme que de se préoccuper de la façon dont on peut témoigner son affection à une personne a laquelle on tient et qui est hospitalisée. Et cette absurdité qui dit que seule la famille ou le conjoint légal peut rester près d’une personne hospitalisée me fait peur, sachant que nombre de personnes meurent sans conjoint et souvent abandonnées par leur famille. Alors, ce que vient de faire Obama, en Amérique, ce n’est pas qu’un détail pour moi et pour les milliers d’américains qui pourront enfin faire venir leurs amis ou partenaires, lorsqu’ils seront hospitalisés dans ces endroits sinistres dont parfois on ne ressort pas !

     
  • Par céline 17 avr 2010 - 9 H 35

    Ca donne presque envie de se faire hospitaliser au Etats-Unis!.. Nan, j’déconne…..

     
  • Par prof + 17 avr 2010 - 9 H 48

    En France, c’est le malade soi-même qui indique à l’hôpital qui est la personne de confiance… C’est mon expérience des hospitalisations. Dans mon cas, c’est mon homme bien sûr. C’est possible depuis la réforme Kouchner de 2002. Avant cela, paraît-il, on était dans la même situation qu’aux USA.

     
  • Par helene 17 avr 2010 - 9 H 54

    une histoire française.
    Une amie transsexuelle opérée, avec de nouveaux papiers a une trés sérieuse complication suite à son HIV. Elle est opérée d’urgence, elle frôle la mort.
    Elle a été mariée -comme je dis elle a ses papiers- avec un homme de couleur, ils ont adopté une enfant métis. Sa fille vient la voir à l’hopital.
    En l’opérant les chirurgiens se sont bien rendus compte que
    les organes de mon amie n’étaient pas des organes de femme biologique.
    Sa fille, elle avait quinze ans, demande à voir sa mére,
    l’infirmier lui répond « c’est pas ta mère c’est un homme ».
    Evidemment elle n’a même pas voulu écrire à l’hopital pour se plaindre.

     
  • Par prof + 17 avr 2010 - 9 H 58

    Un lien pour tout savoir sur ses droits quand on est hospitalisé :

    http://www.sante-sports.gouv.fr/la-charte-de-la-personne-hospitalisee-des-droits-pour-tous.html

     
  • Par Eric 18 avr 2010 - 0 H 41

    @ Helene : Histoire dramatique mais malheureusement représentative du manque de tact et de déontologie dont peut faire preuve le personnel (para)médical.

    Bravo à Barack Obama.

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

    Aucun message ne correspond à vos critères de recherche.