Lydia Lunch publie ces jours-ci Déséquilibres synthétiques  (Au Diable Vauvert) et l’invitation est claire: « La compilation de textes commise en ces pages est un échantillon des cris et des murmures qui maltraitent mon cerveau, comme autant de fantômes enfiévrés, intoxiqués par l’essence même de ce qui a empoisonné mon existence. Enjoy ».