Les militaires gays et lesbiennes sont donc toujours invité-e-s à mentir sous peine d’être « séparé-e-s », c’est-à-dire renvoyé-e-s. Les dénonciations par un tiers ne sont pas tout à fait bannies mais elles ne feront l’objet d’investigations que si elles sont jugées fiables. Des mesures qui représentent pour Robert Gates « un pas en avant pour minimiser certains des pires effets du DADT tels que la délation systématique », qui ne feront que « ralentir et réduire le nombre de renvois » mais qui ne changeront rien au fond du problème qui est que des hommes et des femmes n’auront pas le droit de servir honnêtement dans l’armée. Les soldats ne pourront toujours pas afficher des photos personnelles, ils ne pourrons pas utiliser le genre approprié pour parler de leur conjoints, ils ne pourront toujours pas se rendre dans des lieux gays sans avoir peur d’y être vus…

« REALLY DON’T ASK AND STILL DON’T TELL »
Peut-on donc y voir un progrès? Pas vraiment. Ces mesures reviennent finalement à ce qui était prévu initialement en 1993. La délation n’aurait jamais dû être la cause de renvoi, puisque les supérieurs militaires étaient justement censés ne pas être autorisés à en parler. Selon le principe de base de cette loi, on n’aurait jamais dû interroger des militaires présumé-e-s homosexuel-le-s sur leur orientation sexuelle. D’où le nom de la loi d’ailleurs Don’t ask, Don’t tell, c’est à dire « Ne rien demander, ne rien dire ».

« Ils ont juste décidé de faire de cette loi ce qu’elle aurait dû être en 1993, insiste Rachel Maddow dans son émission. Depuis toutes ces années, des militaires qui ne disaient pourtant rien se sont quand même fait virer, parce que de leur côté leurs supérieurs leur demandaient des comptes et procédaient à une chasse aux sorcières en outant des gens contre leur volonté. Maintenant, ils ont juste décidé de « ne vraiment plus rien demander », mais les gays ne peuvent toujours pas parler. Les militaires gays et lesbiennes sont toujours tenu-e-s de mentir sur ce qu’ils sont vraiment. » Et la journaliste lesbienne de rebaptiser la loi « Really don’t ask and still don’t tell », soit « Ne vraiment rien demander et ne toujours rien dire ».

« LA BALLE EST DANS LE CAMP D’OBAMA »
Le lieutenant Dan Choi, qui a subi la loi DADT après avoir révélé son homosexualité sur le plateau de Rachel Maddow, il y a un an, réagissait hier dans l’émission de la journaliste: « Ce n’est pas un changement important du tout. Robert Gates dit qu’il veut rendre la loi plus « humaine » mais il se trompe totalement. Ce qui est inhumain et totalement intolérable est que le DADT renforce le sentiment de honte, le fait de se cacher, et les mensonges; et cela ne devrait pas faire partie des valeurs de l’armée et des valeurs américaines ».

Dan Choi avait également fait parler de lui la semaine dernière en s’enchainant à la Maison Blanche en guise de protestation (lire notre article): « Le président doit maintenant montrer sa détermination. La balle est toujours dans son camp.(…) Quand le président Obama annonce que cette loi sera totalement abrogée dans l’année, (…) en tant qu’officier de l’armée j’entends une directive, un ordre et je ferai tout ce que je peux pour m’assurer qu’il sait que la balle est toujours dans son camp et que nous avons besoin de voir ses actions ».

Retrouvez ci-dessous la vidéo de l’émission de Rachel Maddow et l’interview du lieutenant Dan Choi:

httpv://www.youtube.com/watch?v=k6eD7IUYjDA

Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo, cliquez ici.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Jouez avec Yagg et gagnez une croisière de rêve! Cliquez ici.