Les pouvoirs publics sont-ils indifférents aux menaces et violences que subissent les LGBT actuellement? C’est la question que se pose le Centre LGBT Paris IdF dans un communiqué daté du 20 février. L’actualité de ces dernières semaines est en effet des plus inquiétantes.

« UN DÉCHAÎNEMENT DE HAINE »
« Un déchaînement de haine semble s’abattre sur des gays, lesbiennes et trans' », s’indigne Christine Le Doaré, présidente du Centre, face aux multiples et récents exemples de violences homophobes. Les agressions homophobes se sont en effet tristement multipliées un peu partout en France, jusque dans le quartier du Marais à Paris, qui a été le théâtre ce dernier mois de pas moins de trois agressions d’une extrême violence (lire témoignage pour Yagg).

Le kiss-in contre l’homophobie du 14 février devant Notre-Dame a également tourné au déferlement de graves menaces, d’insultes inacceptables et de coups de casque contres les participants, de la part de groupes d’intégristes catholiques (lire notre article). Un événement au sujet duquel aucun responsable public ou religieux ne s’est exprimé.

S’ajoutaient, la semaine dernière, des menaces de mort adressées aux jeunes du Refuge à Montpellier – une structure unique en France qui propose un hébergement temporaire et un accompagnement social à de jeunes homos rejetés par leur famille – dans une lettre qui annonçait que ces jeunes seraient « criblés de plomb et mis en pièces détachées » (lire notre article).