L’enfilage de perles est en passe de devenir une discipline à part entière aux Jeux olympiques. Dans le patinage artistique, peu avare de dramas en tous genre – le lieu où les patineurs viennent attendre leurs notes s’appelle le « kiss and cry » –, on atteint des sommets à Vancouver.

Le sujet? Un débat récurrent autour du patinage artistique. Doit-il être… artistique ou plus athlétique à une époque où les quadruples sauts se sont généralisés? En gros, deux écoles s’opposent: la Nord-américaine privilégie la grâce, l’Européenne la force. Depuis 2004, les nouvelles notations entraînées par l’affaire de l’arbitrage des JO de Salt Lake City – drama! – favorisent le côté artistique en raison, notamment, des pénalités infligées en cas de chute après un saut.

Vous me voyez venir avec mes gros sabots? Et oui, d’artistique à efféminé, certains ont vite franchi le pas, et allez, pendant qu’on y est: homosexuel. Un garçon de 25 ans est visé: Johnny Weir (photo), parce qu’il aime les tenues extravagantes, patine ses exhibitions sur Poker Face de Lady Gaga.

Dernier coup porté, jeudi 17 février, lors d’une émission de radio au Canada, Réveil olympique, diffusée sur RDS et V, deux animateurs, Claude Mailhot et Alain Goldberg, ont lancé que le patineur américain était un « mauvais exemple » pour les jeunes et qu’il donnait une mauvaise image au patinage artistique. Claude Mailhot a suggéré que Weir, 6e de l’épreuve olympique jeudi soir, passe un test de féminité pour prouver s’il est ou non un homme. Ce qu’Alain Goldberg a approuvé. Une conversation rapportée notamment par le Journal de Québec.

« Ces hommes ont porté atteinte non seulement à l’intégrité de l’athlète, mais aussi à celle de gays et d’hétérosexuels qui ne correspondent pas aux stéréotypes sociaux, a rétorqué le Conseil québécois des gais et lesbiennes. Par leurs propos, ils perpétuent eux-mêmes les préjugés à l’égard des personnes homosexuelles. »

Vendredi, les deux hommes ont présenté des excuses, jugées assez plates par le Conseil, qui a annoncé son intention de porter plainte auprès du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), l’équivalent au Canada du Conseil supérieur de l’audiovisuel français.

À lire aussi sur ce « douloureux problème », comme on disait il y a 50 ans, l’article du JDD (voir Revue de web). Le titre donne le ton: « Joubert: les chichis et les chochottes ». L’article raconte en substance que c’est bien gentil tout cela mais que ce serait bien d’arrêter de faire des manières dans le patinage, parce que marre d’être considéré comme un sport de pédés.

Ces deux histoires me font penser à un slogan d’Act Up: « Ignorance is your enemy ». L’ignorance, encore une fois.

À part ça, le sport continue aux Jeux olympiques. Et cela se passe plutôt pas mal, annonçant une belle cuvée. Après la sublime descente dames de mercredi remportée par Lindsey Vonn, l’Américaine compte parmi les prétendantes à l’or ce soir, à 19 heures, dans le super-G, avec sa compatriote Julia Mancuso. À 20 heures, l’épreuve du grand tremplin où les hommes volants vont tutoyer les nuages (oui, oui, moi aussi, je peux écrire des clichés); le biathlon se poursuit avec les Français Marie Dorin, Vincent Jay et Marie-Laure Brunet ou le champion norvégien Ole-Einar Bjoerndalen, pas encore couvert d’or.

À suivre absolument, les deux tournois de hockey-sur-glace, celui des filles comme des garçons. Ces derniers sont tous là, avec les pros de la National Hockey League. Les quatre quarts de finale, mercredi toute la nuit.