Dans un rapport rendu public la semaine dernière, Terra Nova, think tank de gauche, propose une « une révision progressiste de la loi de bioéthique ». Un rapport à la fois moderne et frileux, selon l’Association des parents et futurs parents gays et lesbiens. Pour Yagg, Philippe Rollandin, le porte-parole de l’APGL, analyse ce contre-rapport Leonetti.

Philippe Rollandin APGLL’homoparentalité, otage du combat des valeurs, par Philippe Rollandin
D’un coté, le rapport parlementaire sur la révision des lois de bioéthique. De l’autre, le rapport de Terra Nova sur l’accès à la parenté.

Porté par le député UMP Jean Leonetti, le premier propose globalement le statu quo. Porté par le think tank proche du PS, le second propose des avancées en matière d’accès aux techniques de procréation médicalement assistée (PMA) qu’il convient de souligner, même si elles ne vont pas assez loin puisque l’accès à l’assistance médicale à la procréation (AMP) et à la gestation pour autrui resterait fermé aux homosexuel-le-s jusqu’à « un terme » qui n’est pas fixé.

Au-delà des propositions, c’est l’approche de la famille, de la conception et de la filiation qui oppose ces deux rapports.

Le premier campe sur des positions traditionnelles. La famille ne se conçoit pas en dehors du mariage ou d’une union entre personnes de sexe différent et la filiation doit rester une conséquence de la reproduction naturelle et biologique. En caricaturant à peine, pour les parlementaires de la majorité, le seul modèle familial est celui de « papa, maman, la bonne et moi… ».

Le second a une approche plus ouverte sur les réalités du temps. Les modèles familiaux sont aujourd’hui multiples: famille monoparentale, famille décomposée-recomposée, famille homoparentale, famille pluri parentale…

Aujourd’hui, plus d’un enfant sur deux nait en dehors du mariage, on signe 1 pacs pour 2 mariages, 200000 enfants – soit l’équivalent de la population d’une ville comme Nice – vivent, grandissent et s’épanouissent dans un contexte familial homoparental.

Par ailleurs, le développement des techniques de PMA a fait voler en éclat le lien reproduction-filiation.

SOCIÉTÉ LÉGALE VS. SOCIÉTÉ RÉELLE
Peut-on ignorer ces réalités quand on fait les lois? Dans ces deux approches qui animent le débat public, on retrouve le traditionnel clivage entre la société légale – celle des institutions et du Pouvoir – et la société réelle, celle de la représentation sociale.

Nos élites – représentants de la société légale – ne sont pas nécessairement autistes et ignorantes des évolutions de la société. Mais la politique a ses exigences, ses règles du jeu et ses figures imposées.

Les partis de gouvernement – pour simplifier l’UMP à droite, le PS à gauche et le centre… au milieu – n’ont plus de divergence idéologique majeure. D’un coté, le néo-libéralisme triomphant des années 1990-2000 s’est définitivement fracassé sur le mur de la crise de 2008. De l’autre, la rupture avec le capitalisme qui a fait la fortune de la gauche dans les années 80 a été enterrée sans fleurs ni couronne à l’épreuve du pouvoir à la fin du siècle dernier.

De ce fait, l’offre politique dans le domaine économique et social évolue du centre gauche au centre droit.